Santé › Actualité

Baisse de la mortalité infantile au Cameroun: Le gouvernement satisfait

Le ministre de la santé publique l’a fait savoir lors du compte rendu public de la dernière enquête de santé conduite par l’institut national de statistique

Le ministre camerounais de la santé publique s’est réjouit lundi 31 octobre 2001 face à la presse, du constat fait par lui sur la dernière enquête de santé, de ce que la mortalité infantile avait connu un recul au Cameroun. « Nous pouvons déclarer avec satisfaction que sur la base des résultats préliminaires en notre possession actuellement, le risque qu’un enfant décède avant son premier anniversaire qui selon les estimations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) était de 88 décès pour mille en 2004 se situe en 2011 à 62 décès pour mille naissances», a fait savoir André Mama Fouda lors de sa rencontre sur le sujet avec des journalistes. L’enquête révèle aussi que le nombre d’enfants par femme a légèrement augmenté. « En 2011, le nombre moyen d’enfants par femme est de 5,1 contre 5 enfants en 2004. Cet indice est plus élevé en milieu rural (soit 6,4 enfants) qu’en milieu urbain ou l’on compte 4 enfants par femme. La tranche d’âge 25-29 ans est la plus active dans l’ensemble » apprend-on des officiels. L’enquête a pourtant relevé que 33% des enfants souffraient encore de malnutrition. « La malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans est de 33% et la forme sévère est de 14% », indique le rapport présenté par le directeur de l’Institut National de la Statistique (INS). Joseph Tedou a ajouté que 42 % d’enfants de 18 à 35 mois accusent un retard de croissance. Et toujours selon ses propos « 98% (d’enfants) de moins de 6 mois sont allaités, mais seulement 20% sont exclusivement allaités au sein »

Revoir la stratégie gouvernementale
La question de la malnutrition des enfants reste un problème de santé publique au Cameroun. Les zones rurales où on a noté un fort taux d’accouchement chez les femmes sont aussi caractérisées par une extrême pauvreté des populations, et surtout un manque d’éducation. Selon un rapport publié en août 2010 par l’UNICEF (organe des nations unies en charge de l’enfance), la malnutrition était la cause de décès chez au moins 105.000 enfants de moins de cinq ans au Cameroun. Le rapport établissait aussi que dans le nord du pays 115.000 enfants souffraient de malnutrition aiguë globale. En 2008, le ministère de la Santé camerounais avait lancé un programme de prise en charge médicale et nutritionnelle des enfants malnutris, couvrant une grande partie du nord du pays. Mais les aliments fournis par l’Unicef sont souvent arrivés périmés dans les centres communautaires de distribution. « C’est pourtant difficile à croire ; dans les localité que nous avons visitées, on s’est rendu compte que la pauvreté n’est pas le premier facteur, parce que les familles ont facilement accès à des produits de base comme le lait, la viande et même les tubercules. On a d’avantage eu l’impression que c’est en raison de l’ignorance que cette situation perdure », a relevé sous le couvert de l’anonymat une des personnes ayant participé à l’enquête. Les observateurs stigmatisent aussi les délais trop longs qui séparent deux enquêtes différentes. Entre 2004 et 2011, il s’est écoulé une période de 7 ans, trop longue selon les experts. Les données récemment transmises seront toutefois complétées par le taux de prévalence du VIH Sida, les résultats des examens issus des prélèvements effectués chez près de 15.000 personnes n’étant pas encore disponibles, selon le ministère de la Santé. L’enquête démographique de santé à indicateurs multiples (EDS) a été réalisée entre février et août 2011 par l’Institut national de la Statistique (INS) du Cameroun pour le compte du ministère de la santé publique.

Le gouvernement se réjouit de la baisse du taux de mortalité infantile au Cameroun


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé