Politique › Institutionnel

Bakassi : 5 milliards pour développer la péninsule en 2009

L’Etat et ses partenaires se mobilisent pour développer cette partie du Cameroun

Depuis la rétrocession de la péninsule de Bakassi par le Nigeria en août 2008, le développement de la presqu’île est à l’ordre du jour dans les discussions gouvernementales. En raison de la longue occupation par les ressortissants Nigérians, les projets de développement lancés par le gouvernement camerounais, n’avaient eu d’impact réel à Bakassi. Les échanges commerciaux s’effectuaient en majorité avec le Naira, la monnaie nigériane, au détriment du franc CFA. La couverture médiatique de la radio télévision nationale camerounaise restait inexistante et ce sont les informations de médias Nigérians ou internationaux qui sont à la Une, qui coupaient cette région du reste des réalités du pays.

Le gouvernement camerounais a donc pris le taureau par les cornes avec un comité de coordination et de suivi des projets pour la zone de Bakassi, et grâce au concours de toutes les administrations concernées. Le comité dirigé par Lekunzé Jacob Ketuma, conseiller spécial des services du premier ministre, avait déjà soumis un document stratégique mettant en évidence des axes prioritaires de développement de la presqu’île. Le comité avait ainsi évalué la réalisation des travaux à 245 milliards de francs CFA. Parmi les chantiers prioritaires : le développement du tourisme qui nécessiterait près de 22 milliards de francs CFA, l’Education de base, environ 64 milliards de francs et la construction des infrastructures routières devrait couter la bagatelle de 126 milliards de francs.


journal du Cameroun)/n

Bakassi, les chantiers du futur

Les travaux ont déjà démarré dans la plupart des secteurs concernés. Mais le constat sur le terrain n’est pas entièrement satisfaisant. Jacob Lekunzé Ketuma a révélé aux médias qu’il faudrait un montant de près de 500 milliards de francs CFA pour mener à bien ces réalisations. Il a également pointé du doigt la construction des plantations pour attirer les populations camerounaises vers la péninsule. Près de 5000 planteurs sont ainsi attendus à Bakassi. A l’ordre du jour, le bitumage de la route reliant Kumba à Akwa et passant par Mundemba et Isanguélé, un axe long de 250 km. Sans oublier la construction et la réhabilitation d’une centaine d’écoles primaires et maternelles, enfin, l’élevation d’une école normale d’instituteurs de l’enseignement général. A cela s’ajoute par ailleurs la création de stations de Radios à Akwa, Idabato et Isanguélé. Le gouvernement et ses partenaires au développement comme la France ou l’Union Européenne devraient appuyer ces chantiers destinés à rendre la presqu’île- riche en pétrole et en poissons- en phase avec le reste du Pays.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé