Politique › Sécurité

Bamenda : un soldat de l’armée camerounaise au tribunal pour viol

Des soldats de l'armée camerounaise au front. ©rfi.fr

Le nommé Arthur Mbita était devant le tribunal militaire ce 24 juillet. Il est accusé de viol sur mineure.

Un soldat de l’armée camerounaise a comparu ce mardi devant le tribunal militaire de Bamenda pour répondre des accusations de viol sur une jeune fille de 17 ans. Les faits qui sont reprochés à ce soldat de première classe se sont déroulés le lundi 23 juillet non loin d’une station service de la ville de Bamenda. Dans une vidéo amateur devenue virale, la victime, la dénommée Violette Ndikahou raconte les circonstances du drame qu’elle a subi quelques heures plus tôt.

De son témoignage, l’on apprend que son bourreau aurait prétexté un contrôle de pièces d’identité de routine pour l’entrainer dans un coin et commettre son forfait. Des plaintes confirmées ce jour par la hiérarchie militaire, qui dans un communiqué signé du ministère de la Défense, a annoncé que le prévenu a été mis aux arrêts et déféré au parquet du tribunal militaire de Bamenda. « Des sanctions disciplinaires seront prises à son encontre », ajoute le ministre Joseph Beti Assomo.

Les événements de Bamenda interviennent quelques jours après que l’armée camerounaise ait été accusée par l’Ong Amnesty international de violation de droits de l’Homme dans le cadre de la lutte contre Boko Haram. Les accusations de cette Ong qui s’appuyait alors sur une vidéo montrant l’exécution extrajudiciaire de deux femmes et leurs enfants par quatre militaires non identifiés, ont cependant été réfutées par le ministre de la communication Issa Tchiroma. Selon ce dernier, « les arguments utilisés par Amnesty International sont légers et les accusations hâtives »

Un contexte qui prête à croire que ce militaire que le Mindef qualifie désormais de « soldat égaré », subira une sanction exemplaire. Le ministre de la défense affirme d’ailleurs « que tout autre acte d’indiscipline sera sévèrement sanctionné par le haut commandement conformément à la loi et au règlement militaire, afin de préserver le précieux lien armée-nation, existant dans les dix régions du pays ».

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut