› Eco et Business

BEAC: bénéfice record pour la banque de plus de 160 milliards FCFA

Pour la première depuis sa création en 1972, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a réalisé en 2015 un bénéfice record de plus de 160 milliards de francs, annonce un communiqué officiel

C’est l’une des principales conclusions de la première session ordinaire annuelle du conseil ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) tenue à vendredi, siège de la banque centrale régionale.

[i « Le comité ministériel a ratifié les comptes définitifs de la BEAC pour l’exercice 2015 qui se sont soldés par un résultat bénéficiaire record de 160,795 milliards de FCFA [321,59 millions de dollars], tels qu’approuvés par le Conseil d’administration, et procédé à l’affectation dudit résultat conformément aux dispositions statutaires »], souligne le communiqué de presse publié à cette occasion.

Président en exercice de l’UMAC, le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Célestin Yanindji, s’est réjoui lors d’un échange avec la presse au terme de ces travaux de ce « résultat exceptionnel » qui selon lui permet de distribuer des dividendes aux Etats membres de la banque.

« Ces ressources supplémentaires vont nous permettre, d’une part, de renforcer nos réserves afin de faire face (…) à la baisse du taux de couverture de la monnaie. Mais en même temps elle nous permet de donner davantage de ressources au financement des projets intégrateurs dans la sous-région », a ajouté le gouverneur de la BEAC, Lucas Abaga Nchama.


Pour le dirigeant de la banque centrale régionale, la performance historique ainsi célébrée est le « fruit d’une stratégie de la gestion des réserves de la sous-région » appliquée depuis 2010, après des scandales financiers ayant coûté son poste à son prédécesseur et d’autres responsables de l’institution.
En 2014, le bénéfice enregistré se chiffrait à 25,108 milliards de francs CFA (50,216 millions de dollars), révèle le communiqué de presse.

La conjoncture économique au sein de la CEMAC, elle, n’est cependant pas à la vigueur. Après avoir replié à 2,8% du PIB en 2014, la croissance poursuivra sa décélération en 2016, pour s’établir à 2%, d’après les prévisions officielles.

En cause, la baisse des recettes budgétaires suite à la chute persistante des prix des matières premières dont le pétrole, produit par la quasi-totalité des pays de la région, et l’insécurité engendrée par la crise centrafricaine et les activités terroristes de la secte islamiste nigériane Boko Haram au Cameroun et au Tchad.

Lucas Abaga Nchama, gouverneur de la BEAC
Droits réservés)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé