Politique › Judiciaire

Boko Haram : trois jeunes condamnés à dix ans de prison engagent un recours à la Cour suprême

©Droits réservés

Fomusoh Ivo, Azah Levis et Afuh Nivel avaient été condamnés pour terrorisme en 2016, après avoir partagé une blague sur Boko Haram. La Cour d’appel a confirmé leur peine jeudi.

L’affaire opposant  Fomusoh Ivo, Azah Levis et Afuh Nivelle à l’Etat du Cameroun pour terrorisme se déporte à la Cour suprême.  Me Laurent Mbandam, leur avocat, a déposé les dossiers pour un pourvoi en cassation lundi, après que la Cour d’appel du Centre a confirmé, jeudi, la peine de dix ans de prison ferme contre ces trois élèves jugés pour avoir partagé un sms sarcastique sur Boko Haram.

Fomusoh Io, Azah Levis, et Afuh Nivelle ont été condamnés le 02 novembre 2016 par la Tribunal militaire de Yaoundé. Cette juridiction leur reprochait de n’avoir pas fait de dénonciation après avoir reçu le message querellé. Lequel disait « Boko Haram recrute des jeunes de 14 ans et plus. Conditions de recrutement : avoir validé quatre matières et la religion au Baccalauréat« .

Fomusoh Io, Azah Levis, et Afuh Nivelle ont été incarcéré le 14 janvier 2015. A ce moment là Afuh Nivelle était élève en classe de Première au lycée bilingue de Deïdo  tandis que ses amis Azah Levis et Fumosoh Ivo, venaient  d’obtenir leur Baccalauréat. C’est son enseignant qui a montré le message à la police après avoir confisqué le téléphone de Afuh Nivelle en classe.

Ni cet  enseignant, ni l’auteur du message message n’ont été entendus devant la Tribunal militaire et la Cour d’appel.

Me Laurent Mbandam entend déposer un mémoire de défense pour dénoncer les « irrégularités » dans les procédures et les « violations de loi » commises tout aux long des procédures.

 

 

 

À LA UNE
Retour en haut