Société › Société

Brigade de gendarmerie Ngousso: calme relatif ce mercredi après la mort d’un chauffeur de taxis

Photo d'illustration ©Droits réservés

Les activités reprennent leur cours normal ce matin à la Brigade de gendarmerie de Ngousso. Des usagers viennent y suivre leurs procédures. Pourtant, lundi, un conducteur de taxi y a été copieusement bastonné par des gendarmes. Cela a entraîné sa mort.

La Brigade de gendarmerie de Ngousso a rouvert ses portes ce mercredi matin. La veille, tout Ă©tait restĂ© fermĂ© Ă  la suite d’un mouvement d’humeur de quelques chauffeurs de taxis rĂ©unis autour de leurs syndicats ainsi que de la population, tous venus rĂ©clamer justice pour la mort d’un taximan lundi.

Le regrettĂ© s’appelle Jean Nga Mvondo. Il est dĂ©cĂ©dĂ© Ă  son domicile aux environs de 4h du matin, après avoir reçu une bastonnade des Ă©lĂ©ments de la gendarmerie de Ngousso. Il Ă©tait tombĂ© en panne le 19 mars aux environs de 10h30 devant ledit poste de gendarmerie. AppelĂ© Ă  dĂ©gager son vĂ©hicule, celui-ci tentait d’expliquer sa situation aux gendarmes qui l’ont sorti de son vĂ©hicule et se sont mis Ă  le rouer de coups.

L’infortunĂ© a, par la suite, Ă©tĂ© traĂ®nĂ© Ă  l’intĂ©rieur de l’Ă©difice oĂą il a Ă©tĂ© placé dans une cellule. Il n’en a Ă©tĂ© sorti que tard dans la nuit, après que le propriĂ©taire du taxi, appelĂ© par les hommes en tenue, s’est prĂ©sentĂ© pour rĂ©cupĂ©rer son taxi.

Mardi, une Ă©meute a Ă©tĂ© Ă©vitĂ©e de justesse Ă  ladite brigade. Le sous-prĂ©fet de YaoundĂ© Vème, descendu sur les lieux, a prononcé une garde Ă  vue administrative des gendarmes mis en cause. De ce fait, le poste a Ă©tĂ© fermĂ© toute cette journĂ©e. Selon des riverains, l’ensemble du personnel  avait Ă©tĂ© conduit au SecrĂ©tariat d’Etat Ă  la dĂ©fense (Sed) pour ĂŞtre entendu.

Ă€ LA UNE
Retour en haut