› Société

Buea : des habitants de la ville font fi des menaces des sécessionnistes

Une vue de la ville de Buea. ©Droits réservés

Les membres de l’Abamzonian defence forces (ADF) avaient adressé un ultimatum à l’attention des fonctionnaires pour les sommer de quitter la ville.

La ville de Buea (région du Sud-Ouest du Cameroun) s’est réveillée dans la confusion ce vendredi 20 avril 2018. Les populations n’avaient aucune idée de l’attitude à adopter. Certains ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. D’autres ont choisi de ne pas sortir de chez eux, pour éviter de mauvaises rencontres.

Cette crainte se justifie par un ultimatum adressé, il y a une semaine, par les membres de l’Ambazonian defence forces (ADF) aux fonctionnaires en service dans cette ville. Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, ceux-ci ont été invités à quitter la ville de Buea, faute de quoi, ils feraient l’objet d’attaques ce vendredi 20 avril 2018.

Après la diffusion de ladite video, les autorités ont pris des dispositions pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Les forces de défense ont été déployées dans la ville. Parées au pire, les populations, elles, ont fait des réserves de nourriture quelques jours avant, dans l’éventualité de remous. Ce qui n’a finalement pas été nécessaire. Parce que vers 9h ce vendredi, elles ont commencé à vaquer sereinement à leurs occupations. Les commerces ont ouvert. La circulation a repris, sous l’œil vigilent de l’armée.

En rappel, l’ADF, groupe armé qui dit se battre pour la partition du Cameroun,  a déjà indirectement revendiqué l’enlèvement de plusieurs fonctionnaires dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La bande armée avait notamment publié un message vidéo du délégué régional des Affaires sociales pour le Nord-Ouest, en captivité. Animbom Aaron Ankiambom avait été enlevé alors qu’il était de retour d’obsèques.

À LA UNE
Retour en haut