› International

Burkina Faso: Blaise Compaore candidat à sa succession

Il a officiellement annoncé sa candidature pour le scrutin de novembre prochain

Oui, j’accepte de solliciter le suffrage du peuple burkinabè pour écrire avec lui de nouvelles pages de relever le défi que vous me chargez de relever
Blaise Compaore

.

Ainsi déclarait Blaise Compaore ce dimanche 22 août 2010 à l’occasion de la cérémonie marquant son investiture comme candidat officiel de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), à l’élection présidentielle. Près de 4000 militants dudit parti étaient réunis à cet effet au palais omnisport de la capitale Ouagadougou. Devant l’assistance, le président Blaise Compaore a donc répondu selon lui aux nombreuses sollicitations du peuple. Il a par la suite tenu à annoncer quelques grandes lignes du programme qu’il mettra sur pied une fois élu, visant notamment la construction d’une société prospère qui mènera à un pays économiquement émergent. Pour y parvenir, il a besoin du soutien sans faille du peuple, raison pour laquelle il a appelé les uns et les autres à s’investir sur le terrain, acquérir les documents électoraux, puis participer à l’élection.

Blaise Compaoré est à ce jour le septième candidat déclaré à ce scrutin, et de nombreux observateurs le présentent déjà comme le grand favori. Théoriquement, il a droit à un dernier mandat, mais son parti a annoncé son intention de réviser la Constitution votée en 1991, pour y supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels. Ce qui pourrait lui permettre de rester au pouvoir au-delà de 2015.

J’ai été extrêmement attentif à tous ces appels incessants, provenant des organisations politiques, des mouvements associatifs de femmes, de jeunes, de paysans, d’éleveurs, de travailleurs de tous les secteurs et des personnes du troisième âge. Ces appels ont un même dénominateur: l’exigence de ma candidature à l’élection présidentielle du 21 novembre 2010.
Blaise Compaore

A 59 ans, Blaise Compaoré a été porté au pouvoir le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat au cours duquel a été tué le président Thomas Sankara, dont il était le numéro deux. Ex-capitaine de l’armée, il a été élu pour la première fois en 1991, réélu pour un second septennat en 1998, puis pour un quinquennat en 2005.

22 Août 2010, investiture du candidat Compaoré
www.presidence.bf)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé