International › APA

Burkina Faso : pluie de condamnations après le putsch

La communauté internationale a réprouvé le coup d’État militaire survenu au pays des Hommes intègres.Des États-Unis à la France, en passant par les Nations Unies, l’Union africaine ou la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), la posture est la même. Le coup d’Etat perpétré ce lundi 24 janvier au Burkina Faso, avec l’arrestation du président Roch Marc Christian Kaboré et plusieurs autres dirigeants, a entraîné une pluie de condamnations de la part de pays et organes internationaux.

Dans un communiqué diffusé ce mardi, la Cédéao « condamne fermement ce coup de force des militaires qui marque un recul démocratique majeur pour le Burkina Faso. » Elle annonce qu’elle tiendra un sommet extraordinaire dans les prochains jours pour examiner cette situation.

« Très clairement, comme toujours, nous sommes au côté de l’organisation régionale qu’est la Cédéao pour condamner ce coup d’État militaire », a déclaré de son côté le président français, Emmanuel Macron.

L’ONU, les États-Unis et l’Union européenne leur ont emboité le pas et demandé la « libération immédiate » du président Roch Marc Christian Kaboré. Le sort du président renversé reste en effet très confus. Depuis l’avènement du putsch, il n’a pas réapparu et ne s’est pas exprimé en public.

Sa vie ne serait cependant pas en danger et il serait sous la protection des militaires dans un lieu tenu secret. Et comme son ami guinéen, Alpha Condé renversé lui aussi par un coup d’Etat le 05 septembre dernier, il n’aurait pas l’envie de sortir du pays.

Par ailleurs, des doutes subsistent sur sa démission. La lettre manuscrite, signée en son nom et diffusée sur les antennes de la télévision nationale n’a pas été authentifiée.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé