Culture › Livres

Calixthe Beyala de retour en librairie!

« Le roman de Pauline » est le dernier livre de la romancière camerounaise

Pauline a 14 ans et vit à Pantin entre une mère qui la néglige et un frère délinquant. Sa mère tient un salon de coiffure. Livrée à elle-même, elle se rend au collège quand ça lui chante, plutôt sous la pression de l’assistante sociale. Elle préfère vivre dans la rue et suivre son petit ami et son frère, petits dealers, qu’elle va régulièrement récupérer au commissariat. Elle ne va plus à l’école, passe ses journées dans la rue jusqu’à sa rencontre avec Mathilde, prof de français d’un type spécial qui décide de l’héberger. Et Pauline, fille de banlieue ordinaire, à la fois soumise et révoltée, se met à découvrir un monde autre que la violence: la complexité des sentiments et la difficulté d’aimer. Calixthe Beyala en restitue l’itinéraire, les drames et les attentes avec humour, tendresse et une liberté de ton qui en rend le destin attachant et incomparablement vrai.

Née à Douala en 1961, issue d’une famille des plus modestes, Calixthe Beyala passe son enfance au Cameroun avec ses onze frères et soeurs. Loin de ses parents, c’est sa soeur aînée qui se charge de son éducation. Calixthe se découvre une véritable passion pour les mathématiques. Elève ambitieuse, elle étudie au Cameroun jusqu’à l’âge de 17 ans, avant d’aller à Paris. Elle passe alors son Bac, se marie et se consacre à des études de gestion et de lettres. S’imprégnant de la culture ambiante, Calixthe Beyala se sensibilise également aux civilisations environnantes : l’Europe, l’Afrique… Elle s’installe avec son mari à Malaga puis en Corse. Inspirée, elle s’adonne à l’écriture, entreprise qui se verra récompensée à moult reprises : Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire pour son roman ‘Maman a un amant’, Grand prix du roman de l’Académie Française pour ‘Les Honneurs perdus’, Grand Prix de l’Unicef pour ‘La Petite fille du réverbère’. Calixthe Beyala cumule les titres et non les moindres, elle est consacrée Chevalier des arts et des lettres, consécration ultime. Mais ces gratifications ne tarissent en rien sa volonté première: militer en faveur des femmes, et des droits des Minorités Visibles. Elle est d’ailleurs la porte-parole de l’association le Collectif Egalité.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut