Opinions › Tribune

Cameroon People’s Party: Lettre ouverte aux Camerounais

Par Kah Walla, Présidente du Conseil National du Cameroon People’s Party

Chèr/es Compatriotes

Un mois après la tenue des élections législatives et municipales du 30 septembre dernier, nous avons toutes et tous, eu le temps de comprendre et d’intégrer la pleine signification et les implications des résultats de ces élections. Le 30 septembre dernier, nous, peuple camerounais, sommes passé à côté d’une formidable opportunité d’amorcer la reprise de notre pouvoir et de commencer le balayage de notre pays et sa reconstruction.

Comme il est dit dans nos villages, quand vous trébuchez, ce qui est important, ce n’est pas la douleur dans le pied, mais plutôt la compréhension de la cause de votre chute. C’est la seule façon d’assurer la victoire ultime.

Nous ne sommes pas encore passés de la parole aux actes.

En lisant les journaux, en écoutant les émissions de radio et de télévision, en écoutant les discussions dans les rues et les quartiers, il ne fait aucun doute que l’écrasante majorité du peuple camerounais veut le changement. Toutefois, la dénonciation de ce qui ne va pas, même quand ceci est fait tout le temps et par tout le monde et ce pendant des années, ne suffit pas pour déloger le système. La gouvernance catastrophique du système en place et la dégradation du niveau de vie des Camerounais se poursuit.

Aujourd’hui, Seulement une infime partie de Camerounais s’implique dans la participation aux élections ou dans les actions de protestation non violente. Tant que nous laisserons cette minorité agir pour notre intérêt à tous, celle-ci sera systématiquement intimidée, fragilisée, corrompue et parfois induite en erreur. Pourtant nous subissons tous, les conséquences de cette mal-gouvernance. Nous n’avons pas encore, en tant que peuple, décidé que nous devons agir individuellement pour notre bien collectif. Nous voulons le changement mais paradoxalement, nous attendons que ce soit d’autres Camerounais (peut-être même des étrangers ?) qui agissent pour produire ce changement.

Le RDPC a remporté ces élections parce qu’il a acheté les votes. Aucune surprise au finish : Nous nous attendions à la fraude et la corruption de leur part. Ils sont constants et cohérents dans cette démarche depuis des années. Ceci constitue, à fortiori, l’une des raisons pour lesquelles nous devons le déraciner du siège du pouvoir dans notre pays.

La question qui préoccupe et intrigue est celle de savoir comment et pourquoi en tant que Camerounais, nous continuons à hypothéquer aussi bien notre présent que notre futur sur la base de sommes dérisoires (2000/5000/25000 F Cfa). Nous avons des routes épouvantables, nos enfants vont à l’école dans des conditions désastreuses, nous manquons d’eau potable et en plus de l’absence d’emplois décents, le peu d’argent obtenu par les jeunes à travers la débrouillardise est récupéré par l’Etat à travers la corruption et les taxes abusives sur les activités de l’informel. Pourquoi contribuons-nous à détruire nos propres vies ?

Nous ne sommes pas encore conscients de notre force et de notre puissance en tant que peuple. Il n’y a pas de dictateur, ni de fonctionnaire corrompu, ni aucune force d’intimidation qui peut nous résister si nous nous levons ensemble en tant que peuple. Le Cameroun appartient à chacun/e d’entre nous et nous allons seulement commencer à construire le Cameroun que nous voulons, le Cameroun que nous méritons, lorsque nous nous lèverons et prendrons possession de notre pays.

Au Cameroon People’s Party (CPP), nous avons analysé et tiré beaucoup d’enseignements de ce scrutin. Les obstacles rencontrés nous ont renforcés et raffermis dans nos convictions. Nous sommes sur la voie de la construction d’un autre Cameroun. Un Cameroun reposant sur un socle de principes et de valeurs qui fera ressortir le meilleur de chaque Camerounais/e et donc le meilleur de notre nation. Nous allons trébucher et nous pourrons même tomber sur cette voie, mais nous allons nous relever à chaque fois. Notre détermination et nos convictions restent intactes. Nous allons nous renforcer et nous ressourcer pour continuer à franchir les étapes jusqu’à ce que nous atteignions notre destination. Le CPP, va continuer à informer, former, préparer et agir avec les Camerounais jusqu’à ce que nous rentrions en possession de cet héritage (Le Cameroun) qui nous revient de droit.

Dans cette détermination nous présentons une fois de plus, les mesures que nous devons prendre ensemble pour récupérer notre pouvoir, reprendre notre pays et construire le Cameroun que nous méritons.

Agissons politiquement maintenant!

Nous devons sans cesse faire croitre le nombre de Camerounais qui croient en eux-mêmes, qui sont convaincus de leurs droits dans leur pays et qui sont disposés à entreprendre des actions politiques pour la sauvegarde de celui-ci.

Quelles actions politiques ?

1) Prendre possession du système électoral dans sa globalité et de la loi électorale en particulier. Ce sont des instruments fondamentaux dans la construction de la démocratie. Les élections n’appartiennent ni au gouvernement, ni à ELECAM, ni à aucun parti politique. Les élections appartiennent au peuple. Nous devons reconquérir notre système électoral et nous approprier ces élections.

. Inscrivons-nous pour voter! Dès l’ouverture des inscriptions le 1er Janvier prochain, nous devons nous inscrire pour voter. Seuls ceux qui sont inscrits sont en mesure d’agir pendant une élection. Lors de la dernière élection 10-20% de la population a décidé pour nous tous. Plus nous serons nombreux, plus nous pourrions faire entendre notre voix et imposer notre volonté en tant que peuple. Inscrivons-nous pour voter!

. Rejoignons le combat pour la réforme électorale. Contre sa volonté, ce gouvernement a cédé à la pression pour l’enregistrement biométrique. Malgré son incomplétude, il a amélioré le système électoral. Pour tricher cette fois, ils ont dû recourir à la corruption extrême. Nous avons réussi à les pousser à aller plus loin que d’habitude, mais nous devons continuer à lutter pour un meilleur système électoral. Un bulletin de vote unique, l’âge de vote ramené à 18 ans et des élections présidentielles à deux tours sont tous des éléments pour lesquels nous devons continuer à lutter pour qu’ils soient intégrés dans notre système électoral.

2) Nous informer et nous éduquer sur notre système politique. Pour être en mesure de prendre des décisions qui vont dans notre propre intérêt, en tant que citoyen/ne nous devons être engagé/es et au fait des actions et des activités politiques.

. Participons à des réunions politiques, Assister à des conférences et des discussions sur des questions politiques. Mieux nous comprendrons ce système, plus efficace nous deviendrons pour démanteler toutes ses man uvres. Le CPP va publier un calendrier de ses actions de formation et d’information dans les prochaines semaines.

. Engageons le système politique. Il faut assister aux séances des Conseils Municipaux et visiter l’Assemblée Nationale en cours de session. Écrivons à nos députés. Renseignons-nous sur nos droits et revendiquons-les. C’est notre argent qui paie les élus. Il est de notre droit de leur demander de travailler pour nous. Exigeons-le.

. Posons des questions. Si un Elu a de l’argent pour acheter notre vote, pourquoi n’en a-t-il pas eu pour réaliser des projets de développement ? D’où vient cet argent pour soudoyer les Camerounais/es? Pourquoi n’avons-nous pas d’eau potable à boire, pourquoi nos écoles sont-elles dans de si mauvaises conditions ? Ces fonds ne peuvent-ils pas aider les jeunes à devenir entrepreneurs? Notre pays est riche et, en tant que peuple, nous méritons des services de base de qualité. Soyons sans relâche et toujours plus exigeants.

3) Participons aux manifestations non-violentes. C’est en exerçant nos droits politiques que nous affirmons et rappelons à tous les intéressés que ce pays nous appartient en tant que peuple. C’est en effectuant l’action politique que nous acquérons la force politique nécessaire pour mener à bien l’action ultime qui va apporter un changement définitif pour le Cameroun. Rejoignez le CPP pour en apprendre davantage sur la protestation non-violente et pour engager des actions pour reprendre notre pays.

4) Que chacune et chacun d’entre nous agisse individuellement et collectivement. Nous devons prendre la décision en tant que citoyens de rejeter ou de refuser la corruption qui empoisonne nos vies quotidiennes et qui a mis notre pays à genoux. L’action politique est une action égoïste. Quand vous agissez politiquement, vous agissez pour vous et pour votre avenir. S’attendre ou accepter un paiement, un pot de vin pour votre action politique va compromettre cette action et hypothéquer notre avenir à tous. Notre peuple doit être déterminé à obtenir le meilleur pour nous et pour nos enfants, non seulement pour aujourd’hui, mais pour demain et le jour d’après.

5) Construisons notre foi en nous-mêmes en tant que peuple et en notre pouvoir en tant que nation. Une tactique commune des preneurs d’otages est de faire croire à ceux qu’ils ont capturés qu’ils n’ont aucun pouvoir. Notre gouvernement actuel voudrait nous faire croire que nous n’avons aucun pouvoir, que nous ne pouvons pas changer les choses, que nous faisons de notre mieux en tant que nation et que le changement envisagé est une illusion. Mensonge ! Nous pouvons et nous devons faire beaucoup mieux en tant que nation. Nos ancêtres y croyaient et nos enfants l’espèrent. C’est à nous de le réaliser.

Ils peuvent tromper une partie du peuple tout le temps, ils peuvent tromper tout le peuple une partie du temps, ils ne peuvent pas tromper tout le peuple tout le temps.

Notre peuple ne peut plus être dupe. Nous allons construire notre puissance et reprendre notre nation en main. Sur cette voie, nous pouvons trébucher, nous pouvons même tomber, mais nous restons déterminés et certains d’atteindre notre destination.

Kah Walla

(e) Présidente du Conseil National

Cameroon People’s Party

Kah Walla en action
www.journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut