› Santé

Cameroun : 1102 cas de choléra notifiés, 32 décès enregistrés

Le choléra fait des victimes au Cameroun
Prise en charge des malades dans une formation sanitaire

Depuis la détection des premiers cas de la maladie le 27 octobre 2021 jusqu’en février 2022, le choléra s’est répandu dans cinq des 10 régions du pays. Le gouvernement annonce des campagnes de vaccination dès le 18 février 2022.

L’épidémie de choléra place le Cameroun en état d’alerte maximale. En l’espace de deux mois, le vibrion cholérique s’est répandu dans la moitié des régions. La bactérie attaque les personnes en causant la diarrhée et des vomissements récurrents. Au 01 février 2022, « la situation épidémiologique affiche 1102 cas notifiés, 32 décès pour un taux de létalité de 2,8% », déclare le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie dans un communiqué en date du 09 février 2022.

Déjà, cinq régions sur les 10 que compte le pays ont enregistré au moins un cas d’infection à cette maladie épidémique contagieuse. Partie du district de santé d’Ekondo Titi dans la région du Sud-Ouest  et à Yaoundé dans le Centre les 27 et 30 octobre 2021, l’épidémie est signalée à l’Extrême-Nord, dans le district de santé de Fotokol le 29 janvier 2022. Les localités de Bakassi, Limbe, Mbongue dans le Sud-Ouest ont enregistré des cas. Dans la  région du Littoral, les cas sporadiques ont été détectés le 16 janvier 2022. Le district de santé de Kribi dans le Sud n’en est pas épargné.

Face  à cette progression de l’épidémie, le gouvernement a pris des mesures préventives et curatives. Ces mesures visent à endiguer la maladie et à empêcher  son extension vers les autres régions. Il s’agit entre autre de la mobilisation d’une équipe multidisciplinaire sur le terrain, la prise en charge gratuite des malades, la sensibilisation des populations, la désinfection des ménages affectés, la distribution des kits de potabilisation d’eau, etc.

A ces mesures s’ajoute l’organisation des campagnes de vaccinations réactives dans les districts de santé touchés.

Par ailleurs, dans cette riposte qui s’organise, la vigilance des populations et l’observance des règles d’hygiène sont requises. Pour prévenir la maladie, chaque personne est appelée à se laver les mains à l’eau coulante propre, à laver  les aliments avant de les consommer, à rendre l’eau potable avant de la boire, et à bien cuire les aliments. En cas de vomissements et diarrhée récurrents, le ministre Manaouda Malachie recommande de conduire la victime vers une formation sanitaire.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé