› Santé

Cameroun : 1168 dossiers d’évacuation sanitaires ont été déposés au Minsanté

hôpital de salpêtrière, très prisé par les grands malades camerounais

Le Dr Manaouda Malachie, invite les Camerounais à faire confiance à leur système de santé au regard du plateau technique relevé dont dispose le pays désormais.

Les évacuations sanitaires en Afrique est un sujet souvent abordé par le professeur Mamadou Koulibaly. L’économiste ivoirien mentionnait récemment sur sa page Facebook qu’il : «y a des gens pour un défaut de 1000 frs vont mourir, pendant ce temps on dépense 20 à 100 millions de Fcfa pour seulement soulager la douleur de certaines personnes qu’on envoie en France, aux Etats-Unis parce qu’ils ont une maladie qu’on ne peut plus guérir »

Il poursuit : « En effet, il est au mieux insultant au pire sinon révoltant et méprisant de maintenir volontairement « son peuple » dans des hôpitaux de fortune, qui manquent presque de tous, et d’aller se soigner avec sa famille et ses copains à l’étranger aux frais de « son peuple »

Au Cameroun, la situation est loin d’être différente. Malgré une nette amélioration du  plateau technique, grâce en partie de la 33ème édition de la Can que le Cameroun vient d’accueillir, la courbe n’a véritablement pas changé.  Ils sont encore nombreux à aller se faire soigner en étranger ; même pour si peu. Selon Ecomatin, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En février, 1168 dossiers d’évacuation sanitaire ont été reçus selon le ministre de la Santé Publique, Dr Manaouda Malachie. Seuls 10 ont reçu un avis favorable pour des choses pointues.

« Nous avons un excellent plateau technique et des personnels qualifiés. Nous ne comprenons pas pourquoi nous devons continuer à faire évacuer nos compatriotes. Nous n’avons plus rien à envier aux autres en termes de plateau technique ou de ressources humaines », a martelé le membre du gouvernement ce matin en séance plénière à l’Assemblée nationale.

Pour le ministre de la Santé publique, le véritable problème est le manque de confiance. Nombreux sont sceptiques quant à la capacité de nos centres à prodiguer des soins de bonne qualité sans causer du tort aux patients. Un aspect qui a fait son nid au sein de l’opinion et le patron de la santé en est conscient.

« Ayez confiance à notre système de santé, à nos ressources humaines qui vous prennent en charge. C’est là que réside le problème. Nous avons encore des gens qui préfèrent aller en étranger alors qu’ils peuvent se faire soigner ici. Les Camerounais doivent faire confiance à leur système de santé. Nous avons tout ce qu’il faut sur place ».

A l’issue des échanges, le projet de loi relatif à la recherche médicale impliquant la personne humaine au Cameroun a été adoptée. Ce texte vise à protéger l’environnement et les personnes qui participent à la recherche. Tout d’abord, précise la circulaire, ces évacuations sanitaires vers les hôpitaux publics sont privilégiées.

« Toutefois, en cas de nécessité, il peut être envisagé une évacuation sanitaire dans un établissement privé national, ou à l’étranger, conformément aux dispositions du décret n° 2000/692/PM du 13 septembre 2000. À cet égard, le visa budgétaire de toute décision d’évacuation se fait concomitamment avec le blocage effectif des crédits correspondants », ajoute le document.

Désormais, les crédits réservés aux évacuations sont, le moment venu et selon le cas, délégués directement aux représentations diplomatiques du Cameroun dans les pays d’accueil. Il est par conséquent interdit au chef de poste comptable diplomatique de payer lesdits frais aux malades. Dans le cas des évacuations sanitaires dans les établissements hospitaliers locaux, les crédits débloqués à cet effet sont virés dans les comptes bancaires appartenant à ces structures pour règlement de toutes les dépenses y relatives.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé