Eco et Business › Finance

Cameroun : 15 dirigeants de banques et microfinances sanctionnées par la Cobac

Le siège de la Cobac
Elles sont accusées de violation des règles liées à la lutte anti-blanchiment et le non-respect des normes prudentielles.

A l’issue des sessions disciplinaires virtuelles des 25, 26 et 27 août 2021 tenues à Libreville, la Commission bancaire de l’Afrique centrale a pris des sanctions disciplinaires en l’encontre des dirigeants de 12 institutions financières en zone Cemac. Elles sont accusées de violation des règles liées à la lutte anti-blanchiment et le non-respect des normes prudentielles.
Selon le communiqué des travaux, trois banques sont concernées par ces sanctions. Il s’agit entre autres de la Banque Atlantique du Cameroun(BACM), dont la totalité des organes sociaux s’est vue infliger des sanctions du régulateur. Un blâme pour non-respect d’une injonction a été servi au PCA Léon Koffi Konan ainsi qu’au DG Eric Valéry Zoa et au DGA, Sayouba Ouedraogo.. Ces derniers ont également sanctionnés pour manquements graves aux textes relatifs à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Pour ces manquements, la Cobac a démis de leurs fonction les membres du Conseil d’administration à la tête duquel le président(Léon Koffi Konan) ainsi que Paul Mesmin Ntonga, Kone Dossongui, Daniel Toure, Soungalo Traoré, Albert Kouinche, Georges Wilson et Jean Victor Ngue entres autres membres. Pour cette même infraction, les DG et DGA ont reçu un blâme de la Cobac.

De même, Julius Manju Berdu, Administrateur provisoire à NFC Bank a lui été averti pour défaut de vigilance en matière de lutte contre le terrorisme et blanchiment des capitaux. Avertissement aussi pour les dirigeants sociaux de La Congolaise de banques (LCB Bank) et la Banque de l’habitat du Tchad pour non-respect d’une injonction de la Cobac.
Les commissaires aux comptes d’EMF (Établissements de microfinance)  n’ont pas également échappé aux sanctions du gendarme du secteur bancaire. Il s’agit de ceux de Sofined Cameroun, CEC, CCEC ED, APesa Funds… blâmés pour non-respect de leurs obligations réglementaires d’alerter le secrétariat général de la Cobac et de lui communiquer tout rapport adressés aux organes exécutifs.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé