› Société

Cameroun : 177 établissements scolaires privés interdits

©Droits réservés

La ministre camerounaise de l’Éducation de base, Youssouf Hadidja Alim, a signé l’arrêté y relatif le 18 juillet dernier.

La prochaine rentrée scolaire est prévue le 03 septembre 2018. Si certains parents ne savent pas encore où inscrire leurs enfants, ils sont censés savoir où ne pas les envoyer en apprentissage. Le ministère de l’Education de base a publié une liste d’écoles primaires privées interdites de fonctionnement. Il est reproché aux 177 établissements, concernés par la mesure d’interdiction, le défaut d’actes de création et d’ouverture.

Ces établissements « clandestins », répartis dans les régions du Centre, du Sud-Ouest, de l’Ouest et du Littoral, n’ont théoriquement pas le droit d’ouvrir leurs portes. Cependant, comme chaque année, la mesure ne fait pas son effet. La preuve, quelques-unes des 177 écoles avaient déjà interdiction de fonctionner. Ce qui fait croire en l’inefficacité de cette sanction et en la mollesse de l’Etat. Que non, estime-t-on au ministère de l’Education de base. « Il n’y a pas de tolérance. C’est un problème de dénomination. Si aujourd’hui on ferme un établissement qui se nomme Y et demain il change pour devenir Z, ce n’est plus le même établissement », se défend Irma Otu Ng’Owona, sous-directeur des affaires pédagogiques et administratives au Minedub, citée par le quotidien Cameroon tribune.

Dans la liste des 177 établissements primaires interdits de fonctionner, 115 sont logés dans la région du Littoral.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut