Politique › Sécurité

Cameroun : 36 morts dans l’attaque d’Akwaya (officiel-Mindef)

36 personnes sont mortes dans l’attaque d’Akwaya
Le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atonfack Guemo (c) Droits réservés

Dans un communiqué en date du 28 juin 2022, le ministre de la Défense dresse le bilan des événements survenus le 25 juin à Ballin dans l’arrondissement d’Akwaya.

36 morts ! Ce sont 32 civils dont cinq nigérians et quatre terroristes. A cela s’ajoutent plusieurs blessés dont les terroristes en fuite, un centre de santé de Ballin, une cinquantaine d’habitations, une dépouille et son cercueil incendiés. C’est  le bilan du ministère de la Défense (Mindef) rendu public dans la soirée du 28 juin 2022.

Il fait suite à « une attaque terroriste d’une innommable cruauté et d’une insoutenable barbarie perpétrée dans la matinée du samedi 25 juin 2022 aux environs de 04 heures par des bandes armées sécessionnistes à Ballin, arrondissement d’Akwaya, département de la Manyu, région du Sud-Ouest », informe le communiqué qui écarte la thèse d’un affrontement communautaire à Bakinjaw, largement diffusée par les médias ces derniers jours.

Selon le Mindef, « les assaillants lourdement armés et évalués à une centaine, ont fait irruption dans le domicile d’un élu de la nation, en l’occurrence le député Martin Aka, où plusieurs personnes étaient réunies à l’occasion des obsèques de son défunt frère, et ont immédiatement ouvert un feu nourri et aveugle sur la foule, mettant le feu sur son domicile et le cercueil contenant la dépouille du frère de l’élu, avant de se retirer sous la pression des forces de Défense et de sécurité arrivées en intervention ».

Le communiqué précise la stratégie utilisée par les assaillants. « Repartis en plusieurs groupes, ces irrédentistes ont simultanément attaqué le poste de gendarmerie de céans, incendié plusieurs habitations, ainsi que le centre de santé de Ballin ». Dans la foulée, les populations ont adopté la position de riposte. « Meurtries et furieuses, les populations du village vont sortir en masse, et dans un mouvement de révolte spontané, pour riposter farouchement et à leur manière aux assauts de la horde terroriste », peut-on lire dans le communiqué.

Tandis que les assaillants ont replié dans la forêt, les autorités ont organisé des diligences. Les blessés ont été admis à l’hôpital régional de Buea. « Les actions de ratissage continuent sur le terrain pour retrouver les assaillants », précise le communiqué signé du capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atonfack Guemo, chef de la division de la communication du Mindef.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé