› Politique

Cameroun : 48,3 milliards de Fcfa pour calmer les enseignants grévistes

Le gouvernement s’engage à payer 48 milliards aux enseignants
Conférence de presse du 10 mars 2022 au Mincom

En plus des 2,7 milliards débloqués le 07 mars derniers, le gouvernement annonce le paiement de 45,6 milliards de francs CFA aux enseignants en colère d’ici la fin de l’exercice budgétaire 2022.

45 milliards 600 millions de francs CFA, c’est le montant de l’enveloppe que le gouvernement se propose de verser aux enseignants en grève au Cameroun depuis le 21 février 2022, pour répondre à leurs revendications. C’est la principale explication des directives présidentielles. Elle ressort de la conférence de presse tenue jeudi 10 mars 2022 par cinq membres du gouvernement, tel que prescrit le 08 mars par le président Paul Biya.

En effet, les détails proviennent du ministre de la Communication (Mincom). Dans son intervention et au regard des directives présidentielles, René Emmanuel Sadi a décliné les détails des engagements du gouvernement en faveur des enseignants. Ces derniers concernent  les indemnités de non-logement, de l’intégration partielle des enseignants ainsi que des rappels.

Pour ce  qui est du non logement et l’intégration partielle, « le gouvernement a décidé dès le mois de mars 2022, et ce, jusqu’à la fin de cet exercice budgétaire,  d’apurer le règlement de la dette due au non-paiement des indemnités de non-logement, aux 5289 personnels du ministère des Enseignements secondaires, ainsi que celle liée à l’intégration partielle des 20449 personnels de ce même département  ministériel pris en charge aux 2/3, pour un montant total de 17 milliards 600 millions de francs CFA, soit un milliard 759 millions de francs CFA par  mois », informe le Mincom.

Quant aux rappels induits dans l’application des deux mesures précédentes, le gouvernement propose un paiement en deux tranches. « Au courant de l’année en cours et dès le mois de mai, 28 milliards de francs CFA. Le reliquat, soit environ 31 milliards 900 millions sera payée au courant de l’année 2023 », précise le porte-parole du gouvernement.

Malgré le contexte jugé difficile par le gouvernement, le ministre des Finances (Minfi) a donné l’assurance de pouvoir honorer ces engagements. « On peut trouver l’argent de deux façons, soit parce qu’on accroit les recettes soit parce qu’on diminue les dépenses, soit on fait les deux. Et c’est ce que nous allons faire. Je suis déjà un peu à l’aise parce que la semaine dernière, nous avons levé sur le marché national, un certain nombre de ressources qui vont nous aider à faire face à ces dépenses », explique Louis Paul Motaze.

Pour ce  qui est des procédures d’intégration, le ministre de la Fonction publique annonce la réduction du temps mis par les dossiers des enseignants. « S’agissant de la première  directive, elle ambitionne de réduire de manière drastique, les délais de traitement des dossiers. Ces délais passeraient ainsi de 30 mois actuellement à trois mois », explique Joseph Le.

Cependant, les enseignants membres du collectif « On a trop supporté » Ots corrigent la copie du gouvernement. Certains donnent la mention « insuffisant » et prescrivent des efforts au niveau de la pratique. D’autres estiment que des allocations familiales, primes de sujétion ne figurant pas dans les mesures gouvernementales, il s’agit d’une « grosse arnaque qui est encore préparée ». Par conséquent, ils décident de poursuivre l’opération « Craie morte ».

De ce fait, l’on se demande pourquoi le gouvernement camerounais demeure fidèle à sa politique de réaction plutôt que d’épouser la logique d’anticipation des crises.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé