Société › Société

Cameroun: 75 agences de voyages de la région du centre rappelées à l’ordre

Le ministre des transports a fait savoir aux opérateurs du secteur, qu’ils avaient deux mois pour se conformer à la réglementation en vigueur

Le ministère des transports a fait savoir aux 75 agences de voyage opérant dans la région du Centre, qu’elles avaient deux mois pour se conformer à la réglementation en vigueur dans le secteur. Selon le communiqué ministériel, des audits instruits par le ministre leur reprochent des infractions qui partent du manque de toilettes à l’absence d’agrément relatif à l’ouverture des agences. Critiqué aussi, l’état des véhicules généralement vieux, un mauvais management des ressources humaines avec la précarité permanente du personnel naviguant et administratif, sa couverture sociale, le peu de souci accordé au confort des passagers. «Il est donc question de mettre un terme à la récréation et de revenir à l’orthodoxie », a expliqué un responsable au ministère des transports. Les partenaires sociaux en face semblent avoir pris la chose avec calme. «C’est une bonne chose que le ministre des transportait ait décidé d’assainir le secteur, pour ma part, il est dans son rôle. Nous aussi à notre niveau, nous relevons parfois ces manquements et cherchons à sensibiliser nos membres face à cette situation », a fait savoir Jean Louis M. le principal responsable d’une association des transporteurs. Mais il fait aussi savoir que si on peut s’accorder sur le fond, c’est la forme qui risque de « poser problème ». «C’est un secteur difficile où l’avantage n’est pas du côté de l’administration, des tensions dans le secteur causeraient des problèmes difficiles à surmonter pour le gouvernement, donc il va falloir qu’il y aille doucement», explique le responsable.

Pour de nombreux observateurs, le problème des transports représente à souhait, l’échec de la libéralisation d’un secteur économique au profit des investisseurs nationaux. « Nous n’avons pas le choix, face aux obligations on n’a pas le temps de réfléchir. Je suis là depuis une heure, dans le bus il fait chaud, les sièges sont durs, je ne sais pas à quelle heure nous allons partir, voilà comment on nous traite ici à « Garanti Express », fait savoir une passagère qui attend son départ dans une des premières agence de voyage au Cameroun. A l’agence de cet opérateur à Douala, c’est le désordre total. Les passagers VIP sont embarqués dans un garage, les toilettes sont insalubres et les passagers assaillis par les vendeurs ambulants. Comble du problème, les bus s’arrêtent en permanence au cours du voyage, pour prendre des passagers clandestins, lorsque ce ne sont pas des « médecins » experts en «toutes les maladies», qui crient tout au long du voyage. Des conditions qu’on retrouve dans de nombreuses autres agences. Chez Centrale voyage, les problèmes sont ailleurs. Le cadre est viable, mais l’opérateur manque de bus. Il faut attendre longtemps son départ. Une entreprise qui fait des efforts, c’est Bucavoyages. A Douala comme à Yaoundé, les passagers sont accueillis dans un cadre confortable mais les standards sont perfectibles. La palme d’or du désordre revient aux agences qui font la route de la région de l’Ouest. Départs incertains, surcharge légitimée… Pourtant, il sera difficile pour le ministre Nkili de faire venir l’ordre dans un secteur où les bénéficiaires de la prestation et les opérateurs sont complices du statu quo. D’un autre côté, pour des infractions relatives à la vétusté des véhicules, il sera quasiment impossible d’y trouver une solution. Comme tous les secteurs, celui des transports souffre d’un gros manque de financement. Une solution selon les experts aurait été de créer la concurrence avec une entreprise publique. Mais l’expérience de l’entreprise le Bus très sollicitée et qui faisait Douala-Yaoundé, est la preuve que l’incompétence dans le domaine du transport est un problème majeur au Cameroun.

Les agences de voyage ont deux mois pour se conformer à la réglementation en vigueur
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé