› Politique

Cameroun : à l’Extrême-Nord, l’insécurité et l’absence de CNI paralysent toujours les inscriptions sur les listes électorales

© http://kora.unhcr.org/
A la clôture du processus d’enrôlement le 31 août 2021, la Délégation régionale d’Elections Cameroon a pointé ces obstacles pour justifier le faible engouement observé.

 

 

 

Le processus d’enrôlement des citoyens en âge de voter a pris fin hier pour le compte de l’année 2021. Interviewé au 20h30 de la CRTV, le délégué régional d’Elections Cameroon (Elecam)pour l’Extrême-Nord a signifié que la crise sécuritaire (qui a débuté en 2014) et la situation de plusieurs citoyens sans cartes nationales d’identité,  ont à nouveau été des obstacles à l’inscription de plusieurs citoyens sur les listes électorales.

Les équipes d’Elections Cameroon chargées de faire inscrire les populations en ont enrôlé environ 15 000 personnes, mais se sont régulièrement heurtées aux nombreux problèmes d’absence de carte d’identité chez les habitants. Notamment au sein de la population des déplacés du fait de la guerre contre la secte terroriste Boko-Haram. A côté de ceux qui ont perdue leurs cartes d’identité pendant la fuite des violences, il y en a qui n’en n’ont jamais disposées.

La campagne d’inscription sur les listes électorales pour l’année 2021 qui consistait en la révision des fichiers s’est achevée le 31 août. Elle a été lancée, de façon symbolique, le 5 janvier à Garoua, chef-lieu de la région du Nord.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé