Santé › Actualité

Cameroun : accusée d’avoir tué une dizaine de civils dans le Sud-ouest, l’armée se défend

Une patrouille militaire dans les régions anglophones. (c) Droits réservés

Le porte-parole du ministère de la Défense avance qu’il s’agit de « quelques terroristes neutralisés » au cours d’une opération menée le 10 janvier par le Bataillon d’infanterie motorisée.

Le capitaine de vaisseau Serge Cyrille Atonfack Guemo, chef de la division de la communication du ministère de la Défense a, dans une sortie du 11 janvier dernier, donné sa version des faits d’une attaque qui s’est déroulée 24 plutôt dans la petite bourgade de Mautu, arrondissement de Muyuka dans la région du Sud-ouest du Cameroun.

Le selon le porte-parole du ministère de la Défense (Mindef) : « dans la mi-journée du dimanche 10 janvier 2021, et sur renseignement de la population, des éléments du 21ème Bataillon d’infanterie motorisée ont mené un raid préventif sur les positions de groupes terroristes aux ordres des surnommés “Spirito” et “Gabonais” ».

Il poursuit en excipant que ces éléments du Bataillon vont trouver des « individus armés, surpris en plein rassemblement [qui] ont immédiatement ouvert le feu sur les éléments des Forces de Défense, qui leur ont infligé une réponse appropriée. Le bilan de cet “accrochage” est fourni : “quelques terroristes neutralisés, d’autres blessés en fuite, des armes et munitions récupérées”.

Une version des faits à l’opposé de ce que rapportent des sources sur le terrain. Selon elles, il y a bien une opération de l’armée à Mautu le 10 janvier 2021 vers 15 h, à la recherche d’éléments séparatistes.

Des témoins rapportent que lorsque des soldats ont investi le village, plusieurs habitants ont fui pour se réfugier dans la forêt. A leur retour, au moins huit personnes avaient été tuées, dont des femmes et des enfants.  Un enfant aurait reçu une balle au bras, tandis qu’un projectile a atteint une femme à la jambe. Une autre aurait reçu une balle au dos.

Mais pour le porte-parole du ministère de la Défense, cette version est le fait “des leaders terroristes à la solde de la sécession et manifestement dépassés par les évènements [qui] ont conçu dans leurs officines occultes, un fatras d’images macabres pour essayer de faire endosser à nos Forces de Défense, un aveugle massacre perpétré à Mautu”. Tout cela ne serait pas vrai, car cette opération a été “conduite dans le strict respect des règles d’engagement”.

Il conclut toutefois en informant qu’“une enquête minutieuse a été prescrite par le Haut Commandement pour élucider cette entreprise souterraine et faire, le cas échéant, toute la lumière sur le contenu des images macabres en circulation”.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé