Culture › Livres

Cameroun: Achille Mbembe et le regard d’une autre Afrique…

Le nouveau livre du sociologue camerounais «Sortir de la grande nuit – Essai sur l’Afrique décolonisée» sort le 14 octobre prochain.

Si les africains veulent se mettre debout et marcher, il leur faudra tôt ou tard regarder ailleurs qu’en Europe. Cette phrase résume en quelque sorte ce livre, que l’éditeur définit comme un texte essentiel de la pensée contemporaine de langue française. Tout de suite on comprend l’idée de l’auteur, habité par l’envie de voir sortir de sa torpeur et de sa grande nuit ce continent qui pendant longtemps a été malmené. Achille Mbembe présente une Afrique qui peu à peu se réveille et qui doit se reconstruire, par ses propres moyens, et par tous les moyens. L’Afrique devra porter son regard vers ce qui est neuf. Elle devra se mettre en scène et accomplir, pour la première fois, ce qui n’a jamais été possible auparavant. Il faudra qu’elle le fasse en ayant conscience d’ouvrir, pour elle-même et pour l’humanité, des temps nouveaux, affirme l’auteur.

De la nécessité d’une reconversion de l’esprit
Dans son avant-propos, le sociologue affirme qu’un énorme travail de réassemblage est en cours, vaille que vaille, sur le continent. Ses coûts humains sont très élevés. Il touche jusqu’aux structures de la pensée. Au détour de la crise postcoloniale, une reconversion de l’esprit a lieu. Il montre qu’au-delà des crises et de la destruction qui a souvent frappé le continent depuis les indépendances, de nouvelles sociétés sont en train de naître. Il décrypte ces mutations, mais aussi les confronte aux évolutions des sociétés postcoloniales européennes, en particulier à celle de la France dont il affirme qu’elle a décolonisé sans s’auto-décoloniser. En bref, c’est un discours fondé sur l’espoir qu’Achille Mbembe tient dans son ouvrage. L’espoir de voir une Afrique grandit, indépendante au sens premier du terme, et surtout prête à regarder ailleurs. Un ailleurs qui n’est pas l’Europe, mais qui sont ses propres forces, ses propres ressources. Et comme il le dit, quelque chose de fécond jaillira de cette Afrique-glèbe, immense champ de labour de la matière, de l’esprit et des choses; quelque chose susceptible d’ouvrir sur un univers infini, extensif et hétérogène, l’univers des pluralités et du large.

L’universitaire et écrivain camerounais, Achille Mbembe
Alix Fetue)/n

Théoricien de la postcolonie
Professeur d’histoire et de sciences politiques à l’université Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud, Achille Mbembe est l’un des théoriciens majeurs de la postcolonie, un concept qu’il a développé dans un ouvrage paru aux éditions Karthala, De la postcolonie en 2000. Dans son nouvel ouvrage, il se montre, comme à l’accoutumée, fort critique à l’égard des sociétés postcoloniales. La décolonisation africaine n’aura-t-elle été qu’un accident bruyant, un craquement à la surface, le signe d’un futur appelé à se fourvoyer? La question centrale sur laquelle l’auteur se penche dans l’ouvrage. Parution, le 14 octobre 2010 aux éditions La découverte.

Première de couverture de son livre
Alix fetue)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut