Personnalités › Success Story

Cameroun : un agriculteur devient millionnaire en sept ans de travail

AurĂ©ol Sinclair Mbakop s’est lancĂ© dans la production d’ananas en 2010. Aujourd’hui, il fait plusieurs cultures sur plus de 100 ha de terrain.

C’est l’histoire d’un ingĂ©nieur d’industrie agricole et alimentaire, ancien ouvrier, devenu millionnaire grâce Ă  l’agriculture. AurĂ©ol Sinclair Mbakop, la trentaine entamĂ©e, est aujourd’hui Ă  la tĂŞte de la sociĂ©tĂ© agricole moderne des ananas d’Awae (rĂ©gion du Centre), une entreprise qui produit près d’un million de fruits par an.

AurĂ©ol Sinclair Mbakop aurait dĂ©veloppĂ© une passion pour l’agriculture depuis son enfance, lorsqu’il se rendait chez ses grands-parents et travaillait dans les champs pendant les vacances scolaires. Après l’universitĂ© oĂą il a obtenu un diplĂ´me d’ingĂ©nieur, le jeune homme fait face Ă  un dĂ©fi majeur, celui de trouver un emploi correspondant Ă  son profil. C’est alors qu’il est employĂ© comme ouvrier dans une ananeraie, au sein de laquelle il travaille pendant trois ans.

InspirĂ© par l’exemple de son employeur, AurĂ©ol Sinclair Mbakop se lance Ă  son tour dans l’agriculture. Grâce Ă  l’aide des membres de sa famille, il parvient Ă  obtenir un demi-hectare de terre Ă  Awae, sur lequel il plante 20.000 pieds d’ananas. « Les rĂ©coltes furent tellement bonne. Ça m’a stimulĂ©, c’Ă©tait comme un catalyseur. J’ai tout rĂ©investi », raconte-t-il.


Une fois de plus, Auréol Sinclair Mbakop fait appel à des proches qui l’aident à trouver des financements. Avec cet argent, il agrandit son exploitation et diversifie ses cultures progressivement en acquérant d’autres terres. Ce qui lui fait passer d’un ½ hectare à près de 100 hectares en six ans.

Aujourd’hui, son entreprise emploie près de 100 personnes Ă  temps partiel, et ses fruits se vendent dans toute la sous-rĂ©gion Afrique centrale, ainsi que dans l’Union europĂ©enne. Le chiffre d’affaires de l’entreprise est estimĂ© en millions. Aux jeunes entrepreneurs, AurĂ©ol Sinclair Mbakop recommande d’aller pas-Ă -pas. « Il ne faut pas commencer tout en grand, surtout lorsqu’on n’a pas encore de grands moyens. Certes, il y a d’énormes difficultĂ©s auxquelles vous ferez face, mais on reconnaĂ®t le vrai entrepreneur lorsqu’il domine toutes les difficultĂ©s pour suivre sa vision », conseille AurĂ©ol.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut