Politique › Judiciaire

Cameroun : Akere Muna réagit après son audition au Sed

©Droits réservés

L’avocat a publié une réaction pour préciser les raisons de sa convocation. En outre, il reste convaincu de n’avoir commis aucun délit, ce qui justifie sa sérénité

Maître Akere Muna est ressorti libre, vendredi 24 mars, des locaux du Secrétariat d’État à la défense (Sed), où il a été entendu. Il était représenté par 22 avocats (selon le magazine Jeune Afrique) dont l’actuel bâtonnier de l’Ordre des avocats et quatre anciens bâtonniers. Akere Muna a publié, hier, une réaction après son audition au Sed.   « Vendredi 24 mars, je me suis rendu au Sed accompagné du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun, de quatre anciens bâtonniers du Cameroun, ainsi que de nombreux avocats au barreau du Cameroun. A mon arrivée, j’ai trouvé plus d’une centaine d’avocats qui attendaient déjà à l’extérieur du Sed et qui ont continué d’attendre pendant tout le temps que je me faisais interroger par un lieutenant de la Gendarmerie nationale. »

Pour ce qui est des faits qui lui sont reprochés, Akere Muna fait savoir qu’il est accusé d’hostilité contre la patrie, apologie du terrorisme, sécession, révolution, insurrection et atteinte à la sécurité de l’Etat. Ces accusations sont liées à deux articles publiés dans la presse par l’avocat, intitulés : « La nature inévitable du changement » et « Le Cameroun est un et indivisible : quel Cameroun? » L’avocat note que l’enquête qui lui a valu la convocation de vendredi, a été initiée par le commissaire du gouvernement du Tribunal militaire.

Tout en remerciant les personnes qui lui ont manifesté leur soutien, Akere Muna assure avoir répondu en toute honnêteté à toutes le questions qui lui ont été posées, « toujours en réaffirmant tout ce dont je demeure convaincu et défendant mes propos relayés dans les articles de presse précédemment cités. Quelques heures plus tard, j’ai été autorisé à quitter les locaux de la Gendarmerie. »

 

 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé