Politique › Judiciaire

Cameroun : Akere Muna reconnu coupable de falsification de documents

La justice a condamné Akere Muna à trois ans de prison avec sursis pour  avoir falsifié des documents liés à l’héritage de son père, Salomon Tandeng Muna.

L’ancienne ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna, l’emporte au tribunal sur son frère Akere Muna qu’elle accusait de l’avoir écarté du partage de la succession de leur père. Il répondait des faits de déclaration mensongère, de dissimulation de procédures, de faux et usage de faux en écriture privée ou de commerce, et diverses autres infractions.

Lire aussi : Héritage des Muna : Akere attendu au tribunal

Dans le détail, Ama Tutu avait accusé Akere Muna de ne l’avoir pas convié à la réunion de famille qui avait, en 2002, conduit à l’ouverture de la sucession de l’ancien ministre Solomon Tandeng Muna, d’avoir imité sa signature dans le procès-verbal ayant sanctionné ces assises.

Autre article : Guerre d’héritage : le camp Akere Muna présente une nouvelle preuve

Saisi sur ce dossier, le Tribunal de première instance de Yaoundé a disculpé mardi, 25 octobre, Akere Muna des faits de déclaration mensongère. La juridiction le reconnait toutefois coupable de de dissimulation de procédures, de faux et usage de faux en écriture privée ou de commerce.

Article lié : Héritage de Tandeng Muna: des dettes d’Ama Tutu soldées grâce à la succession

Celui qui a porté les couleurs du Front populaire pour le développement (FPD) à l’élection du 7 octobre 2018 est condamné à une peine de trois ans de prison avec sursis pendant cinq ans, au paiement d’une amende de 1 million de Francs CFA ainsi qu’auc dépens liés à la procédure, soit 511 000 Francs CFA. Il devra par ailleurs verser 10 millions de  Francs CFA de dommages et intérêts.

 

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé