› Personnalités

Cameroun : Amadou Ali est mort après 38 ans passés au gouvernement

Amadou Ali n’est plus
Amadou Ali (1943-2022)

Le vice-Premier ministre a rendu son dernier souffle le mardi 27 septembre 2022 en Suisse à l’âge de 79 ans.

 

L’ombre de la mort plane sur le gouvernement camerounais. Trois jours après l’inhumation du ministre délégué auprès  du ministre de l’Agriculture, Clémentine Ananga Messina, un autre membre quitte le gouvernement pour l’éternité. Le vice-premier ministre Amadou Ali vient de rendre l’âme en Suisse. Il y a été évacué depuis quelques jours pour des soins de santé.

Amadou Ali est né en 1943 à Kolofata, commune du département du Mayo-Sava région de l’Extrême-Nord. L’homme politique a servi l’Etat camerounais pendant plusieurs décennies. Diplômé de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) en 1970, puis de l’Institut international d’administration de Paris en 1971, il entame une carrière administrative. De 1971 à 1972, il exerce en qualité de premier adjoint préfectoral de Ngaoundéré, actuelle capitale régionale de l’Adamaoua.

En 1972, il intègre le ministère de l’Administration territoriale en qualité de directeur de l’organisation du territoire. Au terme de deux ans de service, il est nommé secrétaire  général au ministère de la Fonction publique. Deux ans plus tard, il est appelé à servir comme délégué général au Tourisme, puis délégué général à la gendarmerie nationale. En 1984, l’homme politique fait son entrée dans le gouvernement. Entre 1985 et 1996, il est secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie. Il cumulera cette fonction dès 1996 lorsqu’il est nommé secrétaire général de la présidence de la République.

Entre 1997 et 2001, Amadou Ali est ministre d’Etat délégué à la présidence chargé de la Défense. Puis de 2001 à 2004, il est ministre d’Etat, ministre de la Justice garde des sceaux. Pendant ces années, il travaille dans le sens de conclure l’affaire opposant le Cameroun au Nigeria sur la péninsule de Bakassi. Mission accomplie avec succès au regard des résultats aujourd’hui. En 2004, Amadou Ali est nommé vice-Premier ministre en étant ministre de la Justice. En 2011, il est nommé ministre délégué à la présidence chargé des relations avec les assemblées.

Depuis son entrée dans le gouvernement en 1984, Amadou Ali a travaillé avec les Premiers ministres Peter Mafany  Musonge, Ephraïm Enoni, Philémon Yang. Membre  du comité central du Rassemblement démocratique  du peuple camerounais, il est resté fidèle au président du parti, Paul Biya. En 2003 par exemple, alors que la rumeur l’annonçait comme candidat à la présidentielle de 2004, il fait  une sortie pour démentir la nouvelle infondée. Il réitère alors que Paul Biya a le meilleur profil.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé