Société › Société

Cameroun: après le dialogue, «Ghost town» dans les régions anglophones

Une rue à Bamenda (Nord-ouest). (c) Droits réservés

Ce lundi, 07 octobre est marqué par des villes mortes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Comme c’est le cas tous les lundis depuis plusieurs mois, ce lundi 07 octobre 2019 ne déroge pas à la règle. Les «villes mortes» décrétées par les groupes séparatistes semblent être respectées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans la majorité des villes de ces régions, les rues ont désertes et les commerces sont fermés.

Des villes aux allures «fantômes», alors même qu’à la faveur du dialogue national tenu du 30 septembre au 04 octobre 2019, le président Paul Biya a prononcé l’arrêt des poursuites de 333 détenus, interpellés dans le cadre des manifestations de la crise anglophone. Vendredi, 04 octobre, la Crtv radio annonçait déjà la sortie de prison de plus de 300 personnes incarcérées dans les prisons de Bamenda, Buea, Douala et Yaoundé.

Le grand dialogue national qui a vu la participation des autorités politiques, administratives, religieuses, membres de la société civile, des ex-combattants séparatistes…ont pour but de trouver «les voies et les moyens susceptibles de nous permettre de répondre aux aspirations profondes de nos frères et sœurs des Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, et à celles des autres composantes nationales.»

Les groupes séparatistes semblent refuser les propositions de paix déclinées par le chef de l’Etat.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé