Personnalités › Success Story

Cameroun: Arice SIAPI ou la passion du cinéma

Elle est la directrice du tout nouveau Festival International du Film Mixte de Ngaoundéré

Arice SIAPI que beaucoup connaissent depuis quelque temps comme la directrice du tout nouveau Festival International du Film Mixte de Ngaoundéré (FIFMI) est une véritable passionnée du 7e art. Cinéaste et réalisatrice de haut vol, son premier scénario qu’elle a eu à rédiger remonte aux années 1987-1989 avec comme titre « Rira bien qui rira le dernier ». Un titre qui résonne comme un sérieux avertissement et un signe prémonitoire pour sa riche carrière cinématographique.

De la conception à la réalisation des productions cinématographiques et télévisuelles en passant par la production audiovisuelle, l’écriture, la réécriture des scénarii, des fictions et des documentaires, l’adaptation des romans et nouvelles pour le cinéma, Arice SIAPI a pratiquement gravi tous les échelons du 7e art en une décennie d’exercice. Pourtant, si l’on s’en tient à son parcours scolaire et universitaire, rien ou presque ne présageait un tel parcours. Titulaire d’un diplôme de Capacité en droit et sciences économiques obtenu à l’Université de Ngaoundéré en 1999, cette juriste de formation va décrocher sa Licence en droit dans la même institution universitaire en 2004. Ce n’est qu’après l’obtention de ce précieux sésame qu’elle va se lancer dans l’apprentissage de la manipulation d’une caméra numérique. Un apprentissage qui sera par la suite ponctué par de nombreux stages professionnels : participation au festival du Court-Métrage « Festimages » en 2003 ; stage de formation de 2 mois à la fondation DRAGONE à la Louvière en Belgique entre août et septembre 2004 ; participation à un atelier de formation organisé par Terre Africaine à Yaoundé en juin 2005 ; participation au 22e festival du film d’Amour de Mons en 2006 en Belgique. Des formations et bien d’autres qui permettent aujourd’hui à Arice SIAPI de récolter les fruits. Et désormais, elle peut imprimer sa marque dans les réalisations de renom au Cameroun et ailleurs.

Scripte dans la réalisation de l’orphelin (Téléfilm-feuilleton camerounais) en 1991 ; participation au concours RFI Nouvelles avec le titre Plus fort que la souffrance en 1993 ; participation aux 7e, 8e et 9e édition du festival Ecrans Noirs respectivement en 2002, 2004 et 2005. En 2003, elle crée sa propre structure de production dénommée ONORE PRODUCTION, une structure grâce à laquelle elle a pu effectuer de nombreuses productions et réalisations au rang desquelles le Court-Métrage Muet dénommé Rêveries; Réalisation du Making Off du festival du Court-Métrage 5/5 entre août et septembre 2004 à la Louvière en Belgique ; Réalisation d’un documentaire intitulé Destin. Destinée? en 2005 . Une filmographie impressionnante riche et variée en somme.

Sa dernière réalisation dans le domaine du 7e art reste bel et bien la création du Festival International du Film Mixte de Ngaoundéré (FIFMI) dont la première édition a eu lieu du 12 au 16 décembre 2009 avec un budget de 50 millions 625 mille 750 francs CFA. Un festival qui bénéficie du soutien du ministère camerounais de la culture et qui s’inscrit désormais au rang des grands événements culturels au Cameroun en général et dans le septentrion en particulier.

Arice Siapi
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé