Culture › Livres

Cameroun: Assana Brahim, le poète du désespoir

L’enseignant-chercheur en sociolinguistique à l’Université de Ngaoundéré appelle la nation à l’espoir

Sous la lumière sombre des jours lancinants partagés entre le pessimisme et le désespoir, la conscience lucide se révèle avec un élan poétique pour faire ombre à une réalité dés uvrée et même banale. Du haut de ses trente ans, Assana BRAHIM l’a déjà compris en publiant un recueil de poèmes-chants intitulé l’Eclipse du désespoir paru aux éditions IFRIKIYA. Véritable compilation d’une soixantaine de textes où l’auteur interroge l’existence et interpelle l’Homme à vivre sans penser à mourir. C’est pourquoi l’écrivain dresse un tableau sombre mais rayonnant d’espoir pour la jeunesse, pour la femme, pour une nation tournée vers la prospérité comme l a-t-il affirmé : « Ce sont des textes qui appellent à l’espoir ; l’espoir pour les jeunes, l’espoir pour la femme, l’espoir pour un pays en quête ‘une émergence imminente ».

L’espoir est alors le thème fédérateur de ce recueil. Un thème choisi en fonction d’une réalité que l’écrivain côtoie au quotidien. Mais aussi l’espoir parce qu’étant jeune, Assana BRAHIM s’inspire profondément du sentiment du désespoir et d’inquiétude qui ressentent les jeunes aujourd’hui vivant dans un monde où les valeurs morales, le mérite, et l’honneur ne caractérisent plus les consciences. La quête d’un lendemain enchanteur, la désillusion d’un quotidien troublant, et la peur de l’avenir incertain sont des éléments pourchassés par le poète pour que le désespoir s’éclipse et laisse à une lumière étincelante qui orientera aussi les c urs et les âmes meurtris et pessimistes.

Il m’a chanté avant de partir
le refugié qui vient en criant
contre l’orage de sueurs et de sang
et comme tu me l’as conseillé ô toi ma mère
j’ai aussi prié pleuré et crié.

L’usage du genre poétique est un choix délibéré de l’auteur. Sociolinguiste de spécialité, Assana Brahim est né en 1983 à Kousseri (à l’Extrême-Nord) où il fait ses études primaires et secondaires. Il est enseignant de linguistique depuis 2011 au département de français de l’université de Ngaoundéré où il a été inscrit comme étudiant en 2003. En plus de ses travaux scientifiques qui portent sur la communication médiatique visant la prévention du VIH au Cameroun, Assana Brahim est le Président de la Ronde des Poètes, antenne de l’Adamaoua. En 2000, il fonde La troupe artistique Fort-Fourreau de Kousseri. Il anime, entre autres, des débats sur la prise de conscience de l’identité nationale camerounaise tournée vers la grandeur et l’optimisme.

Assana Brahim est enseignant-chercheur en sociolinguistique à l’Université de Ngaoundéré

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut