Politique › Institutionnel

Cameroun: Assemblée nationale, fin de la session de mars 2009

La session parlementaire de mars a été marquée par l’adoption de quatre projets de loi

C’est le lundi 30 mars 2009 que s’est achevée la première session ordinaire de l’année législative 2009 à l’assemblée nationale du Cameroun. L’hémicycle de Ngoa Ekellé avait accueilli les élus du peuple le 03 mars, pour le début de cette session dont les enjeux n’étaient plus à démontrer, avec notamment la question du renouvellement du bureau du parlement, des questions liées aux différents projets de lois devant être ratifiés par le président de la république et la traditionnelle séance des questions orales aux différents membres du gouvernement. Un exercice au cour duquel les ministres de la république passent devant les députés pour répondre à leurs préoccupations et expliquer le fonctionnement de leurs départements ministériels. Cette session de mars 2009, a été marquée outre par les séminaires de renforcement des capacités des élus du peuple, l’éventualité de la création d’une télévision numérique à l’assemblée nationale, mais aussi et surtout le renouvellement du bureau de l’auguste chambre.

Le président sortant le très honorable Cavaye Yéguié Djibril, du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) parti au pouvoir, a été reconduit au poste de Président de l’assemblée Nationale du Cameroun, au cour de la séance plénière présidée par le doyen d’âge, l’honorable Joseph Mboui. Sa candidature avait d’ailleurs été présentée par Jean Bernard Ndongo Essomba, président du groupe parlementaire RDPC à l’assemblée nationale. Sur 150 votants, 140 vont renouveler leur confiance à Cavaye Yéguié Djibril. La session de mars qui vient de s’achever, a aussi été marquée par l’élection du 1er vice président Hilarion Etong, les 5 vice-présidents, les quatre questeurs et les 12 secrétaires.

Mais la session de mars a surtout été marquée par l’adoption de quatre projets de lois, notamment le projet de loi portant ratification de l’accord commercial conclu le 22 septembre2006 entre le Cameroun, représenté par l’ancien ministre des relations extérieures, Laurent Esso, et le gouvernement sud africain , représenté par le ministre du commerce Manisi Mpahlwa ; le projet de loi autorisant le président de la république à ratifier le protocole de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme ;le projet de loi autorisant le président de la république à ratifier les amendements au protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Ceux-ci avaient été adoptés à Montréal au canada, le 17 septembre 1997 et à Beijing en chine le 3 décembre 1999 ; le projet de loi portant organisation de l’assistance judiciaire.

C’est un projet de loi présenté et défendu par Amadou Ali vice -premier ministre en charge de la justice. Le but ici est de déterminer les conditions de détention de l’assistance judiciaire, de constitution des commissions d’assistance judiciaires auprès des tribunaux du pays et des différentes cours. C’est aussi une stratégie qui vise à apporter l’assistance judiciaire aux indigents, les moins nantis qui ne peuvent pas toujours se rendre justice. C’est également une véritable révolution dans le processus de modernisation du paysage juridique au Cameroun. Les élus du peuple qui bouclent ainsi en beauté cette session de mars se retrouveront à nouveau à l’hémicycle de Ngoa Ekellé à Yaoundé, en juin 2009.

Assemblée nationale
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut