› Société

Cameroun : au moins 10 militaires et 25 civils tués par Boko Haram en avril

Des combattants de la secte Boko Haram

La secte connaît un regain d’activités depuis quelques mois, avec des attaques qui se multiplient sur le sol camerounais.

Le moins d’avril aura été particulièrement meurtrier dans la région de l’Extrême-nord. Un décompte de l’International Crisis Group révèle plusieurs attaques des assaillants de la secte Boko Haram.

Le Think Tank spécialisé dans la prévention et le suivi des conflits liste le nombre d’attaques contre les militaires camerounais le mois dernier : « le 6 avril cinq soldats ont été tués près de Fotokol dans Logone et Chari, quatre soldats ont été tués le 12 avril en sautant sur une mine artisanale sur la route reliant Gouzda à Vreket à Vouzi dans le département de Mayo Tsanaga ».

Côté civils, Crisis Group dénombre onze civils tués à Tchakamari (Mayo Sava) le 19 avril, au moins sept autres dans les départements de Blangoua (Logone et Chari) le 22 avril, un membre des comités de défense à Malloumri (Mayo Sava) le 26 avril, un à Bourouvare le 27 avril ; et quatre civils à Kofia, Logone et Chari le 28 avril.

L’armée a tué deux combattants du Boko Haram à Sanda-Wandjiri le 14 avril, rapporte Crisis Group.

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé