Eco et Business › Finance

Cameroun : aucun contrôle fiscal réalisé dans les entreprises depuis janvier

La Direction générale des impôts

Tel est le démenti du ministre des Finances Louis Paul Motaze à la publication d’un journal dans lequel il est dit que 400 contrôles fiscaux ont été déclenchés sur les deux premiers mois de l’année.

400 contrôles fiscaux n’ont pas été déclenchés au Cameroun. Le ministre des Finances en fait la précision dans un droit de réponse servi au magasine panafricain Jeune Afrique. « En matière fiscale, les contrôles fiscaux obéissent au Cameroun à un principe de programmation annuelle sur la base des risques préalablement identifiés. Ainsi, au tire de l’exercice 2020, aucune vérification générale de comptabilité nouvelle n’a été enclenché en début d’exercice, dès lors que la Direction générale des impôts travaillait encore à l’identification des risques », informe Louis Paul Motaze.

Il ajoute que : « le programme des contrôles arrêté au terme de ce processus de sélection n’a d’ailleurs pas été mis en œuvre en raison des mesures d’accompagnement des entreprises décidées par les autorités dans le cadre de 1a riposte contre la pandémie à COViD-19. C’est le lieu de rappeler qu’au Cameroun les contrôles fiscaux sont rationnalisés depuis quelques années ; une entreprise ne pouvant subir au maximum qu’une intervention (vérification générale ou contrôle sur pièces, ou exercice du droit d’enquête) par exercice. »

Pour clôturer, l’homme politique fait savoir que les contrôles fiscaux ne constituent que 3% des entrées financières de la Direction général des impôts (DGI).  « Au plan quantitatif, le rendement des contrôles fiscaux ne contribue que très faiblement au rendement de la DGI qui sont constitués de près de 97% des versements spontanés (déclarations payantes) des contribuables et du recouvrement des arriérés fiscaux.« 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé