Politique › Sécurité

Cameroun : aucun militaire n’est aux arrêts pour décapitation de civils dans le Nord-ouest (Mindef)

Des militaires camerounais en formation (Photo d'archives)

La Division  communication du ministère de la Défense dément l’information relayée ce matin par certains journaux et sur les réseaux sociaux. Information  selon laquelle le ministre Joseph Béti Assomo a ordonné l’arrestation d’un certain Capitaine Jacques Tchenem Valkossa pour des faits de décapitation d’un civil et massacre d’une femme et ses trois enfants.

« Non à la désinformation !», fulmine le chef Division de la Communication au ministère de la Défense dans un communiqué publié ce 28 avril. Ceci en rapport  avec une information selon laquelle le Capitaine Jacques Tchenem Valkossa, en service au 4ème Bataillon d’Intervention Rapide amphibie serait mis aux arrêts sur ordres du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense pour avoir dirigé une équipe de sept soldats qui auraient décapité un civil et ôté la vie à une femme et ses trois enfants.

« Il n’en est rien. Absolument rien », dément le capitaine de Frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo. « Le supposé Capitaine Valkossa Tchenem est inconnu des effectifs des Forces de Défense. De même que l’Unité à laquelle il est sensé appartenir, le 4ème Bataillon d’Intervention Rapide amphibie, qui n’existe que dans les lubies de ces créateurs de fake news », informe-t-il.

Il dénonce les auteurs de ce « fake news ». « En s’essayant à cette tentative de manipulation abjecte et puérile de l’opinion publique, les instigateurs de cette communication haineuse participent certainement de la vaste campagne organisée par les détracteurs de la République, qui s’attaquent en même temps aussi bien au moral de la troupe qu’aux symboles de l’État, qu’à celles et ceux qui le représentent ».

Le capitaine de Frégate Cyrille Atonfack  indique par ailleurs  que : « outre leurs missions régaliennes, les Forces de Défense et de Sécurité sont fortement engagées dans la lutte contre le COVID-19, aux côtés du Ministère de la Santé Publique ainsi que des autres entités étatiques concernées par cette pandémie mondiale, pour le bien de nos vaillantes populations ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé