SantĂ© â€ș ActualitĂ©

Cameroun: besoin de mĂ©decins spĂ©cialistes Ă  l’ExtrĂȘme-Nord

©Droit réservés

Dans cette partie oĂč sĂ©vit le terrorisme, la rĂ©ponse mĂ©dicale reste insuffisante. Les victimes de Boko Haram se comptent par centaines et ont des besoins spĂ©cifiques, notamment l’accompagnement psychologique et des interventions chirurgicales.

L’Organisation non gouvernementale MĂ©decins sans frontiĂšres (MSF) tire la sonnette d’alarme sur la nĂ©cessitĂ© d’amĂ©liorer la prise en charge mĂ©dicale des blessĂ©s, victimes des attentats de Boko Haram, dans la rĂ©gion de l’ExtrĂȘme-Nord. Dans son bulletin d’information couvrant la pĂ©riode de juillet – aoĂ»t 2017, l’organisation fait Ă©tat d’un « afflux de blessĂ©s » aux besoins spĂ©cifiques relatifs, entre autres, Ă  des soins psychologiques et des interventions chirurgicales.

« Depuis 2013, la secte Boko Haram sĂ©vit dans la rĂ©gion de l’ExtrĂȘme-Nord. Parmi les dĂ©partements les plus touchĂ©s, le Mayo Sava. Ainsi, chaque attaque de la secte Boko Haram engendre des blessĂ©s qui arrivent en masse Ă  l’hĂŽpital de district de Mora, l’une des rares structures hospitaliĂšres encore fonctionnelle dans le dĂ©partement. MSF y dĂ©ploie une stratĂ©gie de gestion d’afflux massif des blessĂ©s, en appui au ministĂšre de la SantĂ© publique(MinsantĂ© ). Le plan de rĂ©ponse a Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ© plusieurs fois dĂ©jĂ , vu la frĂ©quence des actes terroristes. Seulement, depuis le dĂ©but de cette annĂ©e, entre janvier et juillet, 219 personnes blessĂ©es ont Ă©tĂ© reçues et traitĂ©es Ă  l’hĂŽpital de Mora, victimes d’attaques kamikazes, de l’explosion de mines et des affrontements armĂ©s« , indique l’ONG.

La secte islamiste Boko Haram sĂšme la terreur dans la rĂ©gion de l’ExtrĂȘme-Nord du pays depuis plus de quatre ans. Elle a tuĂ© plus de 158 civils depuis avril, selon Amnesty international. « Quatre fois plus qu’au cours des cinq mois prĂ©cĂ©dents. Cette hausse du nombre de victimes est due Ă  la multiplication des attentats-suicides, 30 ayant Ă©tĂ© perpĂ©trĂ©s depuis dĂ©but avril. Soit plus d’un par semaine« , indique Amnesty sur son site.


Les besoins mĂ©dicaux dans le  dĂ©partement du Mayo Sava ont connu une hausse les deux derniers mois Ă©coulĂ©s. les Ă©quipes mĂ©dicales du MinsantĂ© et de MSF ont effectuĂ© 15.166 consultations gĂ©nĂ©rales (6957 en juillet et 8209 en aoĂ»t) dans la zone de Mora-Maroua et KoussĂ©ri. A la mĂȘme pĂ©riode, 2 261 enfants malnutris ont Ă©tĂ© pris en charge (1000 en juillet et 1 261 en aoĂ»t) et 153 enfants admis en pĂ©diatrie en juillet contre 262 en aoĂ»t.

706 actes chirurgicaux ont Ă©tĂ© posĂ©s dans le mĂȘme intervalle de temps, notamment 343 en juillet et 79 en aoĂ»t. Pour ce qui est des consultations psychologiques, MSF a comptĂ© 431 patients.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut