› Economie

Pad : Bolloré perd la concession du terminal à conteneurs

Un vue du Port autonome de Douala.

Alors que son contrat courait jusqu’en 2023, le magnat français de l’équipement portuaire a été évincé au profit d’un groupement italo-suisse.

C’est par une communiqué du 16 septembre 2019 signé du Directeur général du Port autonome de Douala (Pad) au Cameroun, que l’opinion a été informé de ce que le groupement italo-suisse Terminal Investment Limited est le nouveau concessionnaire du très disputé terminal à conteneurs du port de Douala dès le 1er janvier 2020.

Les discussions en vue de la finalisation dudit contrat, qui vise la rénovation, la maintenance et l’exploitation de ladite place, « vont débuter sans délai », indique en substance Cyrius Ngo’o, le Dg de la plus grande place portuaire du Cameroun.

Cette décision met fin à la concession jusque-là confiée au consortium franco-danois Bolloré-APM Terminals, en activité depuis 2005.

Ces dernières semaines, ledit concessionnaire a entrepris de dénoncer une « tentative d’éviction, en dehors des voies juridiques et règlementaires » alors que son contrat, de 15 ans initialement, a été prorogé jusqu’en 2023.

Début septembre, le directeur du groupe Bolloré pour la région golfe de Guinée, Mohamed Diop, avait en effet marqué son étonnement de voir le consortium franco-danois écarté, en janvier 2019, de la préqualification pour la désignation d’un nouveau concessionnaire.

« Nous contestons les critères non communiqués de la mise en concurrence qui nous évincent de Douala, et demandons à être traités selon les lois et règlements du Cameroun », avait-il alors expliqué, prenant l’exemple d’une sélection détentrice du trophée de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, mais à laquelle on refuse le droit de disputer les éliminatoires pour remettre son titre en jeu. « Nous allons nous battre par toutes les voies légales, afin que la transparence règne dans le processus en cours », avait-il annoncé.

Le 16 août dernier, le tribunal administratif de Douala, saisi par Douala International Terminal (DIT), nom sous lequel exerce le groupement logisticien-armateur Bolloré-APM Terminals, avait pris une ordonnance suspendant le processus de désignation d’un nouveau concessionnaire sur cette place portuaire, une sentence contre laquelle le PAD a formé un pourvoi. Parallèlement, une procédure internationale d’arbitrage a été engagée par l’opérateur, et selon Mohamed Diop, « suit son cours à Paris ».



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé