â€ș SociĂ©tĂ©

Cameroun : Brenda Biya « n’est pas candidate » au concours d’entrĂ©e Ă  l’Enam

Sur les rĂ©seaux sociaux, et sur certains sites d’information, la fille du prĂ©sident camerounais est annoncĂ©e candidate au concours d’entrĂ©e Ă  l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam). Pourtant, des responsables de cette Ă©cole approchĂ©s par Journalducameroun.com disent qu’il n’en est rien.

Il est 13 h ce mardi 29 aoĂ»t lorsque le reporter de Journalducameroun.com arrive Ă  l’Enam, une Ă©cole de formation qui fait rĂȘver de nombreux jeunes camerounais. Normal, cette institution forme ce qui est censĂ© ĂȘtre la crĂšme de l’administration camerounaise.

Le portail franchi, la premiĂšre personne rencontrĂ©e est un Ă©tudiant. A la question de savoir s’il est au courant de la candidature de Brenda Biya au concours d’entrĂ©e dans cette Ă©cole, il prend un air intriguĂ© avant de rĂ©pondre : « Mon frĂšre, je ne sais pas ».

Un peu plus loin, trois autres Ă©tudiants restent sans mot dire face Ă  la question posĂ©e par le reporter. Certains seront mĂȘme surpris de savoir qu’une telle rumeur circule sur la toile. Face Ă  l’attitude des Ă©tudiants, le reporter se dirige vers la cellule de communication de l’Enam, avec l’espoir d’en apprendre davantage sur le sujet.


Ici, le responsable de la communication est absent, nous apprend-on. Le seul bureau ouvert est celui de ses chargĂ©s d’études. Visiblement occupĂ©s, ceux-ci nous invitent tout de mĂȘme Ă  entrer. Sur la rumeur annonçant la candidature de la fille du prĂ©sident de la RĂ©publique Ă  l’entrĂ©e dans cette grande Ă©cole, l’un des interlocuteurs (le chargĂ© des relations presse) rĂ©pond sĂšchement : « Mon frĂšre, et si la fille du prĂ©sident est ici, ça vous gĂȘne ? En quoi c’est un problĂšme, ou alors c’est interdit par la loi ? ». Nerveux, il ironise : « Brenda Biya n’est pas camerounaise, elle n’a pas le droit de revenir faire ses Ă©tudes ici, n’a-t-elle pas fait ses classes primaires ici ? ». EnervĂ©, le chargĂ© des relations presse range sa table, croise ses mains en jetant un regard hostile Ă  son interlocuteur du moment.

A cĂŽtĂ© du chargĂ© des relations presse, son collĂšgue, plus dĂ©tendu rentre dans l’échange : « Ici Ă  l’Enam, nous ne savons pas si Brenda est candidate. Si c’était le cas, ce ne serait pas avec son nom que nous connaissons…  Nous avons dĂ©jĂ  fouillĂ© les listes et dossiers de candidature de toutes les filiĂšres, son nom n’y est pas ».

Suite aux propos de son collĂšgue, le chargĂ© des relations presse, plus calme,  va confirmer que l’information circulant au sujet de Brenda Biya Ă  l’Enam est fausse. Cependant, il prĂ©cise que « deux enfants issus de la famille prĂ©sidentielle Ă©tudient mĂȘme ici et effectuent mĂȘme un stage ». MalgrĂ© notre insistance, il refusera de dĂ©voiler leur identitĂ©.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut