Politique › Institutionnel

Cameroun-Brésil, Paul Biya est en visite officielle au pays de Lula Da Silva

Un séjour en réponse à l’invitation de son homologue brésilien

3 jours de visite officielle
Le président camerounais Paul Biya a quitté Yaoundé en milieu de journée mardi 3 août 2010, pour une visite officielle au Brésil. Ce nouveau déplacement intervient quelques jours après son retour au Cameroun, depuis qu’il s’était rendu en France pour le 14 juillet 2010. Selon des sources proches des milieux diplomatiques, Paul Biya rend la politesse au président brésilien, qui lors de sa visite au Cameroun en 2005, lui avait formulé une invitation à venir visiter son pays. Le président Lula da Silva qui est aujourd’hui au terme de son deuxième et dernier mandat, ne devrait bientôt plus être à la tête de l’Etat brésilien. Une délégation camerounaise constituée a-t-on appris, en majorité des cadres de la division Amérique latine du ministère des relations extérieures, est à Brasilia depuis dimanche 1er Août dernier. La dernière rencontre entre les chefs d’Etat brésilien et Camerounais remonte au dernier sommet de Copenhague sur les changements climatiques. Mais depuis le début d’année 2010, camerounais et brésiliens ont eu deux rencontres diplomatiques. La première entre le 8 et le 11 février 2010. Une délégation conduite par le ministre Henri Eyebe Ayissi des relations extérieures s’est rendu au brésil. A cette occasion, deux accords de coopération dans les domaines du sport et de consultations politiques ont été signés. Le ministre camerounais avait aussi rencontré le ministre brésilien du développement, de l’industrie et du commerce extérieur, Miguel Jorge, et des représentants de la Fédération industrielle de Sao Paulo. En mars 2010, c’était au tour de la délégation camerounaise de recevoir des émissaires brésiliens. Avec Edson Santos, le chef du secrétariat spécial auprès de la présidence de la République fédérative du Brésil, en charge des politiques de promotion de l’égalité raciale, Henry Eyebe Ayissi a signé au nom du Cameroun, un protocole d’accord en matière de protection et de promotion des droits de l’Homme, et de l’inclusion sociale.

La gouvernance internationale et le climat au centre des discussions
Les deux pays partagent au moins deux choses en commun. Ils sont tous deux des pays du sud, et ils sont des nations de football. Avec comme ambassadeurs de ce sport, le roi Pelé pour le Brésil, l’ambassadeur Roger Milla pour le Cameroun. Mais là s’arrête les similitudes. Le Brésil est un géant économique, dont les performances n’ont rien à envier à certains pays occidentaux. Selon certaines agences internationales de notation, le Brésil serait la 10ème économie la plus performante en terme d’industrialisation. L’économie et les affaires ne devraient pas occuper une place centrale dans les discussions entre les deux hommes. Malgré la relance des rapports diplomatique en 2005, les échanges commerciaux entre les deux pays sont restés faibles. La faute à la difficulté à se rendre de chaque côté de l’atlantique, pour les ressortissants des deux pays. Mais Paul Biya pourra trouver chez Lula et la classe dirigeante brésilienne, des alliés forts et plus proches de lui politiquement, par rapport à son nouveau crédo, une meilleure prise en compte de l’Afrique dans sa globalité, au sein de la gouvernance mondiale. Autre point de discussion probable, l’avenir du climat de la planète. Les deux pays possèdent en leurs seins, de vastes étendues de forêts, qui constituent la principale solution contre les gaz carboniques indexés dans les changements nocifs. Paul Biya et Lula da Silva pourraient tous les deux s’accorder sur une position partagée, en prélude au prochain sommet sur le changement climatique qui se tiendra au Mexique. La visite de Paul Biya sera la première d’un chef d’Etat camerounais au Brésil.

Luiz Inacio Lula da Silva et Paul Biya

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut