› Santé

Cameroun : Novartis lance un programme d’accès aux mĂ©dicaments Ă  bas prix

L’entreprise pharmaceutique suisse a annoncĂ© que les premiers traitements de certaines maladies sont dĂ©jĂ  disponibles dans l’Ouest du Cameroun.

Le groupe pharmaceutique Novartis et le ministère camerounais de la SantĂ© publique ont signĂ© un accord autorisant le lancement d’un programme donnant un accès facile, et Ă  bas prix, Ă  des mĂ©dicaments pour les maladies chroniques au Cameroun. Cet accord entre dans le cadre d’un programme lancĂ© en 2015 par la sociĂ©tĂ© internationale, qui prĂ©voit de fournir des mĂ©dicaments pour des maladies non transmissibles au prix de 1 dollar (558 francs CFA) par traitement par mois (hors frais de transport, d’assurance et taxes).

Les principales maladies ciblĂ©es sont les maladies cardiovasculaires ou le diabète, dont le traitement nĂ©cessite d’importants moyens financiers. L’entreprise annonce pour illustrer cela, que les premiers traitements sont dĂ©jĂ  disponibles dans l’Ouest du Cameroun, via sa filiale Sandoz, une division dĂ©diĂ©e Ă  la fabrication de mĂ©dicaments gĂ©nĂ©riques.

Le Cameroun devient ainsi le sixième pays Ă  bĂ©nĂ©ficier de ce programme, après le Kenya, l’Éthiopie, le Rwanda, le Pakistan et l’Ouganda. « En Afrique, les efforts se sont longtemps concentrĂ©s sur les maladies transmissibles, telles que le paludisme ou la tuberculose, ce qui a permis de faire reculer leur prĂ©valence« , a affirmĂ© Fayelle Ouane, directrice du programme pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale chez Novartis, dans un entretien avec l’AFP.


Selon l’Organisation mondiale de la santĂ© (Oms), les maladies chroniques telles que le diabète, les maladies respiratoires, le cancer du sein ou les maladies cardiovasculaires sont Ă  l’origine de 31% des dĂ©cès enregistrĂ©s chaque annĂ©e au Cameroun. D’oĂą l’importance de ce programme de santĂ© dont l’accord prĂ©voit Ă©galement une collaboration avec la Convention baptiste du Cameroun, avec qui Novartis entend mener des campagnes de sensibilisation dans les villages.

L’entreprise pourrait Ă©tendre son rayon d’action aux pays de l’Afrique centrale.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut