Politique › Sécurité

Cameroun : calme relatif dans les régions anglophones le 1er octobre

L’ambiance dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest était loin des violences observées sur place à la même période l’année dernière.

La journée du 1er octobre s’est déroulée dans un calme relatif dans les deux régions anglophones du Cameroun. Non pas que les séparatistes ont renoncé à l’indépendance de leur territoire par rapport à la République, mais les violences enregistrées ont eu lieu dans le cadre d’événements isolés. Bien loin de l’ambiance du 1er octobre 2017.

Ce jour-là, des manifestations populaires avaient simultanément eu lieu dans ces parties du pays. Des foules en liesse avaient investi les rues des villes et villages, pancartes en mains, pour réclamer la libération de tous les détenus de la crise anglophone, l’arrêt des violences, ainsi que l’indépendance de l’Ambazonie.

Les manifestations, d’abord pacifiques, se sont vite muées en affrontements entre sécessionnistes et forces de défense et de sécurité. Plusieurs personnes sont mortes ce dimanche-là et les jours d’après.

Hier, quelques incidents ont été notés à quelques endroits, notamment à Buea, où un homme a été blessé par balle alors qu’il se trouvait hors de son domicile. Il a rendu l’âme ce mardi. Des affrontements  avec les soldats ont eu lieu à Bambili (Nord-Ouest) après que des sécessionnistes ont pris d’assaut la chefferie de ladite localité et hissé le drapeau de l’Ambazonie. Sept membres de cet Etat imaginaire auraient été tués lundi à Wum (Nord-Ouest).

Le drapeau de l’Ambazonie a également été hissé à Ndu (dans le Nord(Ouest), dans un contexte marqué par la restriction des mouvements des biens et des personnes.

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé