Eco et Business › Entreprises

Cameroun : Camtel contredit Orange au sujet de la rupture de la fibre optique

L’entreprise nationale de tĂ©lĂ©communications a rĂ©pondu aux dĂ©clarations de son concurrent, qui justifiait ainsi, la mauvaise qualitĂ© de son rĂ©seau, observĂ©e en fin de semaine dernière.

Le dernier incident survenu sur la fibre optique remonte au mois de juin 2017. Telle est la substance du communiquĂ© de presse publiĂ© par la direction de la communication et du marketing de la Cameroon telecommunication (Camtel), au sujet des affirmations de l’entreprise Orange Cameroun, Ă  la suite des perturbations observĂ©es sur son rĂ©seau le week-end dernier.

Le samedi 7 octobre, en effet, de nombreux mĂ©dias camerounais, dont Journalducameroun.com, ont relayĂ© les plaintes des usagers du rĂ©seau Orange Cameroun, qui avaient de la peine Ă  utiliser les services de l’opĂ©rateur. Orange Cameroun avait reconnu le problème dans un sms envoyĂ© Ă  tous ses clients, justifiant cette situation par « des ruptures de service sur la fibre optique« .

Seulement, dans la foulĂ©e, une lettre datĂ©e du 26 septembre dernier, signĂ©e du directeur gĂ©nĂ©ral de la Camtel, David Nkoto Emane, et adressĂ©e Ă  la patronne d’Orange Cameroun, Elisabeth Medou Badang, a fait surface sur les rĂ©seaux sociaux. Celle-ci avait en objet «relance paiement capacitĂ©s managĂ©es». Dans ce courrier, David Nkoto Emane fait Ă©tat d’une facture impayĂ©e de  1.640.711.753 francs CFA. «Je reviens vers vous n’ayant pas Ă  ce jour reçu votre rĂ©ponse, et vous rappelle Ă  toutes fins de droit que ces capacitĂ©s ont fait l’objet, de votre part, d’une demande expresse et Ă©crite», Ă©crit le directeur gĂ©nĂ©ral de la Camtel.

Une information que le chef de dĂ©partement de la communication d’Orange a dĂ©menti Ă  son tour dans les colonnes du quotidien Le jour de ce lundi 9 octobre 2017. « Orange Cameroun a rĂ©tabli, le 7 octobre en fin de journĂ©e, le fonctionnement normal de certains de ses services qui avaient fait l’objet de fortes perturbations pour des raisons indĂ©pendantes de sa volontĂ©. En l’occurrence, l’interruption de plusieurs liaisons de transmission en fibre optique sur l’ensemble du territoire national« .

Valentin Simeon Zinga a Ă©galement dĂ©menti l’information sur la facture  » impayĂ©e » de plus d’un milliard de francs CFA de son employeur auprès de la Camtel, ajoutant qu' »aucune entreprise ne doit se considĂ©rer ou agir comme Ă©tant au-dessus de la loi. Quels que soient les moyens de pression dont elle peut disposer« .


Respect de l’image de marque

Le communiquĂ© publiĂ© par le directeur du marketing et de la communication de Camtel ce lundi est un nouvel Ă©pisode dans ce feuilleton qui oppose les deux entreprises ; car pour Camtel, « le rĂ©seau de transmission de la fibre optique est fiable parce que bâti sur la base des standards internationalement reconnus« . Benjamin GĂ©rard Assouzo’o ajoute, par ailleurs, que « l’ignorance des règles de respect de l’image de marque d’une entreprise tiers ne doit pas devenir une monnaie d’Ă©change quand vient le moment d’honorer ses obligations« .

En rappel, Camtel détient l’exclusivité du déploiement de la fibre optique au Cameroun. Les entreprises de télécommunications ont toujours plaidé pour la fin de ce monopole. Le 21 juin 2011, La société Orange Cameroun avait, par exemple, été condamnée à payer à l’Agence de régulation des télécommunications, une pénalité de 3,2 milliards de francs CFA pour établissement des liaisons de transmission inter urbaines sans autorisation.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut