Eco et Business â€ș Entreprises

Cameroun : Camtel contredit Orange au sujet de la rupture de la fibre optique

L’entreprise nationale de tĂ©lĂ©communications a rĂ©pondu aux dĂ©clarations de son concurrent, qui justifiait ainsi, la mauvaise qualitĂ© de son rĂ©seau, observĂ©e en fin de semaine derniĂšre.

Le dernier incident survenu sur la fibre optique remonte au mois de juin 2017. Telle est la substance du communiquĂ© de presse publiĂ© par la direction de la communication et du marketing de la Cameroon telecommunication (Camtel), au sujet des affirmations de l’entreprise Orange Cameroun, Ă  la suite des perturbations observĂ©es sur son rĂ©seau le week-end dernier.

Le samedi 7 octobre, en effet, de nombreux mĂ©dias camerounais, dont Journalducameroun.com, ont relayĂ© les plaintes des usagers du rĂ©seau Orange Cameroun, qui avaient de la peine Ă  utiliser les services de l’opĂ©rateur. Orange Cameroun avait reconnu le problĂšme dans un sms envoyĂ© Ă  tous ses clients, justifiant cette situation par « des ruptures de service sur la fibre optique« .

Seulement, dans la foulĂ©e, une lettre datĂ©e du 26 septembre dernier, signĂ©e du directeur gĂ©nĂ©ral de la Camtel, David Nkoto Emane, et adressĂ©e Ă  la patronne d’Orange Cameroun, Elisabeth Medou Badang, a fait surface sur les rĂ©seaux sociaux. Celle-ci avait en objet «relance paiement capacitĂ©s managĂ©es». Dans ce courrier, David Nkoto Emane fait Ă©tat d’une facture impayĂ©e de  1.640.711.753 francs CFA. «Je reviens vers vous n’ayant pas Ă  ce jour reçu votre rĂ©ponse, et vous rappelle Ă  toutes fins de droit que ces capacitĂ©s ont fait l’objet, de votre part, d’une demande expresse et Ă©crite», Ă©crit le directeur gĂ©nĂ©ral de la Camtel.

Une information que le chef de dĂ©partement de la communication d’Orange a dĂ©menti Ă  son tour dans les colonnes du quotidien Le jour de ce lundi 9 octobre 2017. « Orange Cameroun a rĂ©tabli, le 7 octobre en fin de journĂ©e, le fonctionnement normal de certains de ses services qui avaient fait l’objet de fortes perturbations pour des raisons indĂ©pendantes de sa volontĂ©. En l’occurrence, l’interruption de plusieurs liaisons de transmission en fibre optique sur l’ensemble du territoire national« .

Valentin Simeon Zinga a Ă©galement dĂ©menti l’information sur la facture  » impayĂ©e » de plus d’un milliard de francs CFA de son employeur auprĂšs de la Camtel, ajoutant qu' »aucune entreprise ne doit se considĂ©rer ou agir comme Ă©tant au-dessus de la loi. Quels que soient les moyens de pression dont elle peut disposer« .


Respect de l’image de marque

Le communiquĂ© publiĂ© par le directeur du marketing et de la communication de Camtel ce lundi est un nouvel Ă©pisode dans ce feuilleton qui oppose les deux entreprises ; car pour Camtel, « le rĂ©seau de transmission de la fibre optique est fiable parce que bĂąti sur la base des standards internationalement reconnus« . Benjamin GĂ©rard Assouzo’o ajoute, par ailleurs, que « l’ignorance des rĂšgles de respect de l’image de marque d’une entreprise tiers ne doit pas devenir une monnaie d’Ă©change quand vient le moment d’honorer ses obligations« .

En rappel, Camtel dĂ©tient l’exclusivitĂ© du dĂ©ploiement de la fibre optique au Cameroun. Les entreprises de tĂ©lĂ©communications ont toujours plaidĂ© pour la fin de ce monopole. Le 21 juin 2011, La sociĂ©tĂ© Orange Cameroun avait, par exemple, Ă©tĂ© condamnĂ©e Ă  payer Ă  l’Agence de rĂ©gulation des tĂ©lĂ©communications, une pĂ©nalitĂ© de 3,2 milliards de francs CFA pour Ă©tablissement des liaisons de transmission inter urbaines sans autorisation.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut