› Société

Cameroun-Camwater : un syndicat sert un préavis de grève au président Paul Biya

Les travailleurs de l’eau annoncent une grève à la Cameroon water utilities Corporation Camwater au Cameroun
Immeuble siège de la Camwater

Le Syndicat national des employés de l’eau potable (Sneep) promet d’observer un arrêt illimité des travaux à compter du 21 février 2022. Cette menace est contenue dans une correspondance adressée au chef de l’Etat Paul Biya.

Les relations entre le Syndicat national des employés de l’eau potable (Sneep) et la Cameroon water utilities corporation (Camwater) se dégradent de nouveau. La gravité de la situation a amené l’organisation syndicale à sortir de son silence. Dans une correspondance adressée à S.E Paul Biya, les membres de ce syndicat menacent d’entrer en grève illimitée dès le 21 février 2022. Ils avancent plusieurs raisons pour motiver leur démarche.

En effet, le Sneep dénonce depuis au moins quatre ans, « la décrépitude » de la société Camwater qui emploie ses membres depuis plus de 20 ans. Cette décadence liée à « sa gestion abracadabrante et calamiteuse » est marquée par des « relents mafieux, des conflits d’intérêt, des malversations financières » durant la période d’affermage.

Le dialogue social entrepris entre le syndicat et l’entreprise Camwater à laquelle il opère, a débouché sur une série de 10 résolutions. Il s’agit entre autre de mise sur pied d’un plan de développement de nouvelles infrastructures ; d’un plan de réhabilitation des réseaux et ouvrages existants ; des rapports crédibles et de confiance avec les partenaires au développement ; d’un plan de recrutement de formation, de gestion et de motivation du personnel bien établi, etc.

Mais, selon le Sneep, ces résolutions n’ont pas été mises en œuvre. De plus, depuis la fusion de la société avec la Camerounaise des eaux (CDE), les maladresses se multiplient. Les syndicalistes évoquent « le colportage, le mensonge, la gabegie, la filouterie, la médisance, le copinage, l’arnaque, la corruption » dans le mode de gestion.

Ils dressent en outre une série de 10 manquements liés à l’absence de mise en œuvre des résolutions issues des différentes conciliations antérieures. Il s’agit par exemple de la livraison en compte-goutte et en quantité insuffisante du matériel d’entretien des réseaux et des produits de traitement des eaux ; l’irrespect de la majorité des droits des travailleurs ; les conflits entre l’administration et les collaborateurs ; les recrutements à l’aveuglette, etc.

Au regard de ces « affres », le Sneep appelle la « très haute action » du président de la République, faute de quoi « les travailleurs las », vont observer un arrêt des travaux.

Le 19 octobre 2020, la synergie des syndicats opérant à Camwater adressait une pétition au Premier ministre. Cette correspondance annonçait une grève à partir du 06 novembre 2020. Le SYNATEEC, le FENSTEEEC, le SYNATSEEC, le SNIE, et le SNEEP (le plus représentatif) avaient fait savoir que les résolutions de la réunion du 12 décembre 2019 portant sur les revendications du personnel n’étaient pas toutes appliquées.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top