Dossiers › Présidentielles 2011

Cameroun: Cartes d’électeurs, ça se bouscule au portillon!

A quelques jours de l’élection présidentielle, il faut faire preuve de disponibilité et de patience pour avoir le fameux sésame

19 heures, mardi 04 octobre, nous sommes à l’antenne communale de Yaoundé 6ème, au lieu-dit lac municipal. Ils sont déjà nombreux à être en rang, pour entrer en possession de leur carte d’électeur. Pourtant il faut encore attendre une demi-heure pour que les premiers soient servis. Qu’importe. Debout, assis sur des bancs de fortune, seul ou entre amis, ils attendent. Depuis le lancement de la campagne électorale, les agences d’Elections Cameroon (Elecam), sont prises d’assaut par les votants. Loin de la morosité qui fut celle de la période d’inscription sur les listes électorales ; tout le monde veut le précieux sésame. Des quartiers Etoudi à Nkolbisson en passant par Efoulan, hommes et femmes patientent pour ce papier qui leur donnera le droit d’élire leur Président de la République dans quelques jours. Et chacun y va de sa manière pour entrer en possession de sa carte, Danielle Massy, explique mon frère m’a fait un sms disant que les agents d’Elecam étaient au quartier, je l’ai rejoint en apportant tous les récépissés de notre maison et c’est comme ça qu’on n’a pas souffert comme les autres.

Pour décongestionner ses antennes, Elecam a mis en place un système de distribution des cartes par secteur, en faisant appel au Chef de quartier, de 08 heures à 19 heures. Dès 19 heures 30min, aux antennes de reprendre le relais, jusqu’à 22 heures. Ce qui présente un avantage pour certains comme Olivia Nkono, rencontré ce mardi soir à l’antenne communale de Yaoundé 6ème je sors très tôt et je finis ma journée à 18 heures, donc j’ai préféré m’arrêter en rentrant ce soir prendre ma carte, parce que je suis sûre qu’il y aura les bousculades d’ici samedi. Pour d’autres, la carte d’électeur représente une arme psychologique qu’il faut à tout prix avoir, car il n’est pas question de se contenter de sa carte nationale d’identité pour le vote. C’est le cas d’Hermann B. j’ai retiré ma carte lundi lorsque les agents sont venus dans mon quartier. Je ne pouvais pas m’amuser à manquer ce rendez-vous. Maintenant je suis complet pour voter, déclare-t-il le sourire aux lèvres.

Du côté d’Elecam pas de soucis. Ici l’on est certain de distribuer au moins les 90% des cartes au jour du vote. Les 1374 bureaux de vote de la ville de Yaoundé sont déjà dotés de leurs matériels électoraux assure-t-on également. Un séminaire de formation des présidents de bureaux de votes et des représentants de l’Etat est annoncé, question de bien huiler la machine technique pour le jour J. En attendant sur le terrain, certains suffragants, bien décidés à faire parler leur voix, continuent de patienter pour avoir leur billet pour les urnes.

Cartes d’électeurs, ça se bouscule au portillon!
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé