Société › Faits divers

Cameroun: Cela fait un an que Vanessa Tchatchou a perdu son bébé

En ce lundi 20 août 2012, jour anniversaire de la disparition du bébé de cette jeune maman, de nombreuses manifestations de soutien sont prévues

20 août 2011 – 20 août 2012 : il y a de cela un an jour pour jour que Vanessa Tchatchou âgée de 17 ans à l’époque donnait naissance à une petite fille à l’hôpital obstétrique de Ngousso à Yaoundé au Cameroun. Enfant qu’elle ne verra jamais. Malgré les marches de soutien, les déclarations et les sorties médiatiques, les récupérations politiques de toutes sortes, on ignore toujours ce qui est véritablement advenu. Pour célébrer ce triste anniversaire, des activités ont été prévues au Cameroun et dans d’autres pays. Dimanche, on a appris l’organisation d’une messe par la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination de Shanda Tonme : la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination informe le public qu’une messe demandée par la famille sera dite à la paroisse Christ Roi située au quartier Tsinga à Yaoundé ce jour à 18 heures, en présence de la jeune maman qui attend désespérément que lui soit rendu son bébé a indiqué un communiqué de cette organisation, qui exhortait aussi [i les amis, les citoyens et citoyennes épris de compassion, de vérité, de justice et de solidarité, à venir nombreux réconforter Vanessa Tchatchou, et prier en c ur pour encourager et soutenir toutes les victimes des trafics de nouveaux nés]. d’autres manifestations ont aussi été annoncées notamment à Douala, la capitale économique du Cameroun, Au Canada, où on devrait assister à la distribution des tracts suivie des sensibilisations diverses sur le phénomène du vol des bébés au Cameroun. En Côte d’Ivoire, une veillée de prière est prévue. A Londres, en Allemagne et en Italie, des prières sont prévues ainsi qu’une sensibilisation massive. En France, un rassemblement est prévu à Paris devant l’ambassade du Cameroun ce lundi 20 août 2012.



L’affaire aura permis de mettre au grand jour, l’existence du trafic des enfants dans les hôpitaux camerounais. Mais elle a aussi été une saga au cours de laquelle le public a assisté au manque de cohésion au sein du gouvernement, incapable d’avoir une position commune dans cette affaire. La ministre des affaires sociales avait indiqué qu’il n’y avait pas de vol de bébé, ensuite son collègue de la santé avait fait savoir qu’il n’était pas informé, et le ministre Tchiroma de la communication avant toute enquête, avait déclaré le bébé mort. C’est le 20 août 2011 que Vanessa Tchatchou, jusque-là une jeune fille inconnue, a vu disparaître son enfant, après son accouchement à l’hôpital gynéco obstétrique de Yaoundé. Relayée par les journaux, l’affaire a suscité une vive émotion dans le pays, avant de prendre une ampleur politico-judiciaire. Les réseaux sociaux ont tous été en ébullition. Mais au final les pouvoirs publics ont simplement limogé le directeur de cet hôpital et quelques-uns de ses collaborateurs. Les deux procès ouverts pour la circonstance n’ont établi aucune responsabilité. Dans le même temps, les autorités ont fortement réprimé toute tentative de manifestations publiques, dans le cadre de cette affaire. Aujourd’hui la jeune fille courageuse est devenue une mascotte, mais restera une victime. Car aucune enquête n’a abouti et établi les responsabilités.

Un rassemblement est prévu à Paris devant l’ambassade du Cameroun ce lundi 20 août 2012
Facebook)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé