Santé › Actualité

Cameroun : c’est désormais possible de guérir du cancer pédiatrique

Cancer de l'enfant
Le cancer n’épargne pas les plus jeunes

Environ 1000 enfants de moins de 15 ans sont touchés chaque année par cette pathologie. Les avancées scientifiques aujourd’hui viennent donner espoir aux familles.

Parmi les nombreux maux qui minent les familles, il y a le cancer de l’enfant. Ce cancer peut se manifester au niveau des reins, des nerfs, du foie, des os et même du cerveau. Selon les médecins, il trouve son fondement dans des radiations ionisantes, des polluants et très souvent, la constitution génétique.

Au-delà, il a été constaté que certains autres facteurs à l’instar d’une faiblesse ou un manque d’éducation à la santé, des préjugés sociaux sont responsables de l’aggravation de la maladie.

Les symptômes de ce cancer sont très souvent la pâleur, la fatigue, la fièvre, une perte d’appétit, des douleurs osseuses, des hématomes, des douleurs abdominales entre autres.

Or, la fatalité de ce cancer peut être contrôlée. Pour l’hématologue oncologue et pédiatre, Angèle Hermine Pondy, « si la maladie est dépistée tôt, les chances de guérison sont estimées à 80%. »

Elle renchérit ses propos en précisant, « ça sous-entend que quatre enfants sur cinq frappés par un concert ont des chances de s’en sortir ».

Face à cette situation, un accent majeur est mis sur la sensibilisation contre le cancer des enfants. Il est alors recommandé d’éviter de s’exposer aux radiations ionisantes, de consommer les produits chimiques, de fumer ou encore de boire de l’alcool.

Outre ces moyens, le pédiatre, Dr. Albert Nonda invite les parents à ne jamais tarder à conduire leurs enfants dans un hôpital en cas de soupçon. « Il sera question de faire dépister l’enfant. Les résultats vont ainsi pouvoir déterminer la maladie. Et s’il s’agit d’un cancer, le traitement doit être engagé à l’instant », explique le spécialiste.

Au Cameroun, plusieurs établissements sanitaires se sont illustrés ces dernières années pour ce qui est du traitement de ce cancer. On peut citer l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé et le centre mère et enfant de la fondation Chantal Biya.

 

 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé