Politique › Institutionnel

Cameroun: Cet homme qui veut renverser le pouvoir de Yaoundé

Liman Oumate Malloum Boukar se dit chef d’un groupe rebelle baptisé MPLC

Il fait l’actualité depuis quelques jours au Cameroun. Depuis le Lundi 2 Février 2009, date à laquelle l’hebdomadaire régional l’ il du Sahel l’a révélé au grand jour en le présentant comme « l’homme qui veut libérer le Nord Cameroun ». Il a ainsi suscitée une « affaire » en faisant inonder de tracts frappés de logos du Mouvement pour la Libération du Cameroun (MPLC), plusieurs villes de l’Extrême Nord. Le déploiement des autorités comme le président de l’Assemblée Nationale, Cavaye Yeguié Djibril, le ministre de la Justice, Amadou Ali, le directeur général de la Caisse de Stabilisation des prix des Hydrcarbures (Csph), Ibrahim Talba Malla ont eu le don de lui donner une certaine ampleur. Ce qu’on sait, c’est qu’il se trouverait dans les Monts mandaras. Sans plus. Mais il a surtout ameuté la République en faisant parvenir aux autorités, une lettre ouverte au président de la République où il fait le procès des 26 ans de pouvoir du président Paul Biya et demande à celui-ci de quitter le pouvoir. « Le Président Biya a épuisé le temps qui lui est imparti, il doit partir. En tout cas, nous le ferons partir » a-t-il confié à notre confrère de Mutations.

Ce qu’on sait de lui, c’est qu’il aurait fait fortune dans la vente des produits pharmaceutiques à Mora. Il aurait perdu des millions de Francs Cfa dans une opération foireuse en 2004. Après ce triste épisode, il est parti s’installer au nigeria. Il s’est ensuite replié au Nord dans les années 2005 et s’est alors engagé dans la vente des médicaments de rue, en provenance du Nigeria. En 2008, des gens l’auraient aperçu dans les rues de Kousseri où il est très connu des milieux des vendeurs de médicaments de la rue qu’il ravitaillait régulièrement.

Des dernières informations en provenance de l’Extrême-Nord, des opérations militaires et policières sont en cours pour le neutraliser. Reste qu’on ne sait pas grand-chose sur sa localisation, sa capacité de réaction (il affirme être entouré de 2000 personnes), sur ses attaches avec les pays étrangers (il assure avoir des contacts en Lybie et au Niger). Mais il pourrait aussi s’agit simplement d’une grossière mise en scène orchestrée par un déséquilibré mental.

Quoiqu’il en soit, le mouvement de rébellion que tente de mettre en place Liman Oumate Malloum Boukar survient dans un contexte sécuritaire particulièrement difficile au Cameroun. Un contexte marqué par des cambriolages à répétition dans les services administratifs, des attaques aux larges de certaines côtes de notre pays et une invasion encore récente de la ville de Limbé par des « individus non identifiés » qui avaient occupé une partie de la ville pendant plusieurs heures et ont cambriolé des banques emportant d’énormes sommes d’argent. Si dans un tel contexte devait survenir un mouvement rebelle, c’est dire s’il ne serait pas gagné d’avance de le maîtriser. Autre danger, le Tchad, pays très instable se trouve à quelques pas de là.

Liman Oumate Malloum Boukar

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut