Opinions › Tribune

Cameroun: cher(es) compatriotes de l’ExtrĂŞme-Nord

Par Abdelaziz Mounde

J’ai lu comme bien d’autres camerounais, l’appel. Ce document-plagiat, comique Ă  souhait, vĂ©ritable pantalonnade, qui a Ă©tĂ© signĂ© en votre nom par de prĂ©tendues Ă©lites.

Ces Ă©ternels prĂ©sidents, ministres, directeurs gĂ©nĂ©raux et autres big massa, qui ont confisquĂ© depuis 50 ans la RĂ©publique, dont le but avouĂ© est d’appeler le prĂ©sident Paul Biya Ă  se reprĂ©senter, comme s’il s’agissait d’un grand Ì€enfant, Ă  ce qui est considĂ©rĂ© non pas comme l’Ă©lection mais la dĂ©signation prĂ©sidentielle.

Comme si la retraite d’un prĂ©sident Ă©tait la fin de sa vie.

Fille aĂ®nĂ©e du Renouveau, la vĂ©ritĂ© sur le Septentrion est chaque jour encore plus consternante. La guerre contre Boko Haram ne cesse, en effet, chaque jour, de manière aussi atroce que dĂ©concertante de rĂ©alitĂ© crue, de nous faire voir ce qui a Ă©tĂ© cachĂ© depuis des lustres : le dĂ©nuement, la pauvretĂ©, l’absence dĂ©solante d’Ă©coles, planquĂ©es sous les arbres, les toitures de chaumes, le dĂ©sert des infrastructures, les ravages de la faim, la menace chronique de l’insĂ©curitĂ© alimentaire, la vie sous perfusion en l’absence d’hĂ´pitaux Ă©quipĂ©s, viables et performants.

En clair, une fille dĂ©laissĂ©e, utilisĂ©e pour les seules Ă©lections, trompĂ©e par des tuteurs rusĂ©s, accrochĂ©s au pouvoir, prĂŞts Ă  bondir comme on change d’arbre de l’AssemblĂ©e nationale au SĂ©nat, juste pour conserver fiĂ©vreusement un poste, Ă  la tĂŞte d’institutions dont personne ne peut attester de l’utilitĂ© aujourd’hui, ou au Gouvernement depuis leur tendre jeunesse dans les annĂ©es 60, 70 et 80.

On vous ressert le cadeau de 1983, la belle province, dĂ©tachĂ©e du joug, de l’influence et du rayonnement de Garoua. Il ne peut plus avoir la mĂŞme saveur !

Sans les routes, vous trouvez Ă  chaque fois le temps d’aller voter pour les mĂŞmes lettres de parti et de prĂ©sident. En amour et en sorcellerie, pratique que suggère dĂ©sormais le Gouverneur de cette belle rĂ©gion, on appelle cela de l’envoutement alias le choix du peuple. Impressionnant !

Sans les Ă©coles, vous trouvez le moyen de rĂ©diger et tĂ©moigner votre dĂ©fĂ©rence, en multipliant les louanges Ă  la place des bancs, en additionnant les signataires haut placĂ©s Ă  la place des tableaux noirs, en citant des passages de la liturgie officielle en lieu et place des bibliothèques aussi rares que l’eau dans les Mayo en saison sèche. Ebouriffant !

Sans les hĂ´pitaux, vous trouvez le moyen de soigner vos phrases. Hallucinant !

Comme j’aimerais parler de construction de la citoyennetĂ© en wandala, en massa, foufouldĂ©.


Comme j’aimerais parler d’affranchissement en toupouri, munjuk, fali, kanuri, arabe-choa, guiziga, moundang.

Le dire dans toutes ces belles langues de ce paradis de la nature aux paysages lunaires, pics singuliers et parcs prisĂ©s de beaucoup d’amateurs dans le monde. Ces lieux qui ont inspirĂ© plus d’un auteur.
Le dire pour vous sortir des griffes du loup, des filets de cette prise en otage instituĂ©e des populations par l’Ă©litisme et l’appartenance ethniques dĂ©sormais consacrĂ©e par les propositions d’un constitutionnaliste de renom au Cameroun.

Vous dire que les comitĂ©s de vigilance valent aussi bien dans la lutte contre le terrorisme que la dĂ©mocratie. Que l’Ă©veil est aussi exigeant que la mobilisation de notre pays dans ce combat.

Comme Baba Simon, chantre de l’Ă©vangĂ©lisation, l’a appris Ă  beaucoup d’entre-vous, parfois il faut pardonner et faire preuve de compassion. MalgrĂ© ces errements, les camerounais resteront j’en suis sĂ»r solidaires de vos malheurs, sensibles Ă  votre dĂ©tresse qui est dĂ©sormais commune.

Ils vous disent juste que l’eau que l’on vous fait miroiter au Lac Tchad n’existe plus. C’est un mirage ! A vous de creuser de nouveaux puits, d’explorer de nouvelles sources. Celles des fausses promesses ont tari. La guerre nous ouvre les yeux sur cette triste rĂ©alitĂ©, tous les jours. HĂ©las !

Drapeau camerounais.

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut