Politique › Judiciaire

Cameroun : cité dans l’affaire Liyeplimal, Cabral Libii dépose une plainte aux USA

Cabral annonce sa plainte devant la justice américaine
Cabral Libii (c) Droits réservés

Le président national du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) Cabral Libii va saisir la justice américaine pour « diffamation » et « dénonciation calomnieuse ».

Cabral Libii décide à son tour de porter l’affaire devant la justice américaine. Le Député se plaint contre les « joueurs de jambo » qui l’accusent  aux Etats-Unis. En effet, plus de 300 000 victimes se comptent dans 20 pays, avec des pertes évaluées à environ 3000 milliards de francs. L’initiative Liyeplimal d’Emile Parfait Simb défraie la chronique au Cameroun et à l’étranger depuis quelque temps.

 Saisie par une partie des victimes de l’arnaque, la justice américaine a ouvert une enquête. Le 23 juin 2022, un juge fédéral américain a lancé les poursuites contre une centaine de personnes accusées de complicité par les victimes. Parmi elles, figurent le procureur près du tribunal de grande instance du Wouri et le député Cabral Libii.

Ses accusateurs affirment que le journaliste soutient Emile Parfait Simb. Ils s’accrochent par exemple à cette déclaration du député lors d’une sortie médiatique. «  J’ai toujours eu un regard différent envers le responsable de Liyeplimal. J’ai toujours vu en lui une personne courageuse et ambitieuse, et je pense que le gouvernement devrait l’utiliser pour réglementer le secteur du bitcoin ».

Pour autant, le président du Pcrn est-il complice de l’homme d’affaire Emile Parfait Simb ? La question ne se pose pas selon l’enseignant en droit Cabral Libii. Le candidat classé 3è à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, nie en bloc les accusations. Non, il ne serait en rien lié au projet d’Emile Parfait Simb en cavale, soutient-il.

Le membre du Parlement clame son innocence et prend l’initiative de défendre ses droits. Il a demandé à son avocat aux USA de procéder à la saisine de la justice américaine pour « diffamation » et « dénonciation calomnieuse » contre ceux qui l’accusent.  Cette action en justice peut viser  des sanctions civiles ou pénales à l’encontre de ces présumées victimes de l’arnaque. Les juridictions camerounaise ou d’autres Etats compétentes, peuvent être saisies.

Avec cette nouveauté qui s’annonce dans cette affaire déjà prise en main par les juridictions, le public aura sans doute plus d’éléments pour mieux comprendre la situation.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé