Culture › Musique

Cameroun: Clarisse Wopso présente son 5e album intitulé « Tais-toi »

La sortie officielle de ce nouvel album est prévue pour ce dimanche 02 juin à 13h 00 en direct de l’émission tam-tam week-end sur la Crtv

Vous venez de mettre sur le marché du disque votre 5e album intitulé « Tais-toi » pourquoi le choix d’un tel titre ?
J’adore la provoque, j’aime tout ce qui provoque car, j’ai constaté qu’il n’y a malheureusement pas assez de créativité dans l’univers de notre showbiz. Je me suis rendue compte à quel point je suis très facilement copiée sur tous les plans et que beaucoup de personnes s’intéressent à ma vie sans que je ne me mêle de la leur. J’ai donc eu envie de leur apprendre à se taire et savoir s’arrêter dans la vie. C’est la raison du baptême de ce titre: Tais-toi !

Parlez-nous un peu de cet album, dans quel contexte il a été réalisé
L’album Tais-Toi parle de la méchanceté, du mépris et de la médisance des hommes dans ce monde. Je m’adresse à cette catégorie des « voleurs de plaisirs » à qui on fait du bien et qui rendent le mal en retour. C’est devenu le monde à l’envers. Les méchants se prennent pour des victimes et proclament leur innocence. C’est suffisamment grave, il y a trop de maux qui minent aujourd’hui notre société à l’instar de : la tricherie, le manque de reconnaissance, l’absence de repères et le non respect de la valeur intrinsèque de chaque individu. Il faudrait que tout revienne à l’ordre i.e. que chacun reconnaisse et accepte sa place afin qu’on respecte chacun à sa juste valeur.

Combien de titres compte ce 5e album ?
14 titres exactement. C’est une véritable bibliothèque de l’affirmation des talents de chanteuse, danseuse et bête de scène qui se bousculent en moi.

Est-ce que vous pouvez-en citer quelques uns ?
Je citerai en premier chef le titre phare : « Tais-Toi » qui est suivi d’une bonne brochette d’autres titres tout aussi alléchants les uns que les autres. Je rappelle que cet album est le fruit d’un long processus de reconstruction de ma carrière assise sur un socle solide de maturité et d’assurance que je recouvre progressivement avec le temps qui s’avère être un allié de poids dans ma carrière qui est déjà, sans même que je ne m’en rende bien souvent compte, vieille de 10 ans.

Quels sont les thèmes que vous développez dans vos chansons ?
Je dénonce une série de thématiques que nous pouvons ranger autour des fléaux sociaux que sont notamment : la haine, la jalousie, la méchanceté, l’égoïsme, l’ingratitude, la corruption d’une part et d’autre part, je leur apporte des correctifs que sont : l’amour, la gratitude, la tolérance, l’altruisme ou le sens du partage. Je n’oublie pas l’amour de Dieu qui est un roc solide sur lequel toute uvre bâtie est appelée à durer très longtemps !

A qui dédiez-vous cet album ?
A mon Dieu tout-puissant créateur du ciel et de la terre pour les grâces infinies dont il m’a arrosée. J’ai tenu à lui faire cet hommage transcendantal qu’il est le seul à mériter. Personne ne peut défier sa puissance, c’es la raison pour laquelle j’ai tenu à le magnifier.

L’album est -il déjà disponible en DVD .
Le DVD voit le jour dans une semaine.

Où le trouver ?
Dans tous les Espace Land Mark ou au 00237 94 53 00 07

Clarisse, après la sortie officielle sur la CRTV le 02 juin, comment va se dérouler la promotion ?
Comme d’habitude à la « Wopsolisation ». La promo se fera à grands coups de saturation, dosage, séduction, matraquage médiatique et pour cela, je recommande aux mélomanes de consommer cet album.sans modération !!!

Clarisse Wopso, vous vous faites tantôt appeler El Presidente, tantôt Clarisse Mucho suite à votre dernier mariage avec un italien, qu’est-ce qu’on doit retenir finalement ?
Simplement que « El presidente » Clarisse Wopso est un phénomène, un mystère, qu’on ne maîtrise pas, c’est le cosmos, la puissance divine. S’appeler « El présidente » est un pouvoir et je me sens présidente dans ma peau, dans mon esprit étant donné que mes racines sont ancrées dans la famille présidentielle de mon pays. Pour tout dire, je porte le germe présidentiel en moi et ça me convient super bien ! Concernant le mariage, c’est Dieu qui m’a toujours tout donné gratuit car il est omnipotent, omniscient, omniprésent dans ma vie. Il me donne toujours tout ce que je lui demande. Il m’a une fois de plus comblée de bonheur et que puis-je lui demander d’autre ? Je ne peux que lui rendre grâce pour les merveilles qu’il réalise dans ma vie.

Clarisse Wopso, ça fait depuis plus d’un an maintenant que vous résidez dans votre pays natal le Cameroun, est-ce un retour définitif de l’enfant prodige ou alors qu’est-ce qui justifie ce long séjour ?
Pour l’instant, le retour ne peut encore être définitif, de temps en temps, je vais en France et reviens comme d’habitude mais, j’ai décidé de me reposer dans mon pays et d’aménager ma base ici. Même si je suis pleinement guérie, il faut bien se vidanger psychiquement. C’est important pour chaque individu de prendre du recul afin de bien rebondir et j’en profite pour mieux réaliser et stabiliser certaines activités personnelles pour mon retour définitif qui ne va d’ailleurs plus tarder car, comme Prométhée qui a été envoyé é par les dieux à la quête du feu, j’ai réussi à accomplir la tâche utile en Europe. A présent, je peux me payer le luxe d’envisager un retour bien mérité. Et c’est encore grâce divine !!!

Les mauvaises langues disent que vous avez été rapatrié de la France, qu’est-ce que vous leur répondez ?
Je m’en fou des mauvaises langues, elles ne me servent à rien. Elles pérorent, nous on avance. Je suis de nationalité française, Ce sont simplement des jaloux des grâces que Dieu me donne. Que ceux qui le peuvent viennent séjourner plus d’un an comme moi au pays, je verrai si c’est facile ? Ils m’envient tous. Ma vie leur donne des frissons et des vertiges car, ils auraient tous bien souhaité se réchauffer au soleil au lieu de poireauter et grelotter dans la grisaille et la neige qui n’en finit plus ! Comment croire qu’on peut rapatrier une personne qui est de nationalité française ? Qu’aurais-je donc fait de mal ? Je suis toujours propre dans ma vie. Et d’ailleurs, tout le monde ne voit pas la France comme étant le bout du tunnel. Je suis allée en France par la grande porte, femme mariée et par amour et non dans la misère pour chercher les papiers et profiter du système dans la débrouillardise et la malhonnêteté. Cela résume bien le fait que je suis née noble et je vais mourir dans la noblesse. J’aime mon pays et j’ai tout ce que ces mauvaises langues souhaitent avoir dans leur vie ici dans mon pays et en France aussi. C’est justement à l’intention de ces à ces mouchards que j’ai si opportunément composé la chanson : Tais-toi !

Au mois de novembre 2011, sortait votre 4e album intitulé « Voleur de plaisir ». Est-ce que cet album a connu le succès escompté ?
Bien sûr que oui ! Cet album est réclamé encore partout. J’ai bien fait la promotion de cet album, tout le monde chante voleur de plaisir mais j’ai arrêté la promo à un moment donné pour des raisons personnelles…mais le public avait déjà adopté le son. Je leur dis merci de continuer de me soutenir.

Avec le phénomène de la piraterie, est-ce qu’on peut avoir une idée sur les ventes ?
Je n’ai pas eu grand chose sur les ventes car j’étais déjà dans les pirateries. Avant même de sortir l’album, la vidéo était déjà lancée dans les medias : c’était cuit ! On n’a pas de choix…c’est comme ça. On subit bien souvent de plein fouet les affres de cette gangrène qu’est la piraterie. Elle détruit la créativité des auteurs des uvres de l’esprit. C’est dommage que cela se fasse au nez et à la barbe des autorités de notre pays. C’est bien dommage !

Parlez-nous un peu de vos projets à venir
La sortie officielle de mon album est prévue dans quelques jours. Elle se fera en direct de l’émission la plus suivi des camerounais de l’intérieur et de la diaspora à savoir : tam-tam week-end, le 2 juin 2013. RDV à ne rater sous aucun prétexte svp ! Par la suite, je joue en France, précisément en Bretagne. Après, je reviendrai paisiblement boucler mes constructions au pays et avant d’envisager une tournée mondiale.

Votre dernier mot ?
A toute la jeunesse, arrêtez de trainer dans les bars et vous jeter dans les alcools, conservez bien votre cerveau car l’école est la clé de la vie et la base de la réussite dans tout ce que nous voulons faire ou devenir. Merci de votre patience et votre soutien. Que le Tout-puissant vous bénisse et vous accompagne dans tous vos projets!


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Retour en haut