CultureCulture › Arts visuels

Cameroun: « Corps é Gestes » à la conquête d’un plus grand public

Le festival qui aura lieu du 09 au 14 octobre veut se faire de plus en plus connaître au Cameroun

Contribuer à la redynamisation et la valorisation de la danse contemporaine au Cameroun, tel est l’objectif des Rencontres chorégraphiques internationales de Yaoundé dénommé Corps é Gestes, qui se tiendront du 09 au 14 octobre 2009. Le porteur de ce festival de danses chorégraphiques qui a lieu tous les deux ans est le réseau AF-Art culture en partenariat avec l’ambassade d’Israël. Ces rencontres rendues à leur deuxième édition ont pour principal objectif, permettre la visibilité des créations chorégraphiques de danses contemporaines d’Afrique Central.

Innovations
Contrairement à l’année dernière où seulement des compagnies de danses camerounaises y étaient en compétition, cette année en plus des 4 locales, 5 étrangères viendront rivaliser à ces rencontres. Ceci en dehors d’une compagnie Israélienne invitée. De plus, l’Association AF-ART Culture qui veut élargir son public cible a entrepris dans la phase de sensibilisation d’aller vers la recherche de nouveau public en particulier les jeunes.

Spectacles, ateliers, conférences, animations et compétitions seront au rendez-vous de ce festival d’expression corporelle. Et en ce qui concerne les compétions 5 prix dont la somme total s’élève à 780 000 FCFA sont mis en jeu pour récompenser les meilleurs. Il s’agit des prix de meilleure chorégraphie, meilleur chorégraphe, meilleur danseur, meilleure danseuse, et le prix Espoir Danse.

Corps é Gestes à travers ses activités se présente donc comme une plate forme d’échanges, ainsi qu’une possibilité de diffusion de la danse contemporaine au Cameroun. Et donc la deuxième édition est une nouvelle fois une ouverture vers des danses contemporaines encore peu connue dans notre pays. Le public pourra ainsi rentrer en contact avec ce monde de la gestuelle sur les différents sites qui abriteront les rencontres, notamment : le Centre Culturel Camerounais, la Case des Arts, les Institutions scolaires et le Centre Culturel François Villon de Yaoundé. Et donc peut être faire tomber les incompréhensions face à cet art.


www.africultures.com)/n
À LA UNE
Retour en haut