Société › Société

Cameroun-crise anglophone: 4400 écoles fermées

Une école incendiée dans le Sud-Ouest (c) Droits réservés

La situation socio politique qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, a conduit à la fermeture de 4400 écoles, selon un rapport de l’Unicef.

Ce 26 août, marque le début des villes mortes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Un nouveau mot d’ordre lancé par les groupes séparatistes dans l’optique de boycotter la rentrée scolaire qui débute le 02 septembre prochain.

Depuis près d’une semaine, des violences sont accrues dans ces zones provoquant le déplacement massif des populations qui craignent pour leur vie.

La situation sociopolitique qui prévaut dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest depuis bientôt trois ans prive plusieurs enfants, près de 600 000, selon le dernier rapport de l’Unicef, du droit à l’éducation.

D’après le rapport «L’éducation en péril en Afrique de l’Ouest et centrale» publié par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) le 23 août 2019, «l’insécurité qui se répand dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun a forcé plus de 4 400 écoles à fermer dans ces zones.»

Les saccages et incendies des établissements scolaires sont récurrents dans les zones en conflit. «Plus de 1,9 million d’enfants ont été chassés de leur école en Afrique de l’Ouest et centrale en raison d’une flambée d’attaques et de menaces de violence contre l’éducation dans toute la région. En juin 2019, 9 272 écoles étaient fermées au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali, au Niger, au Nigeria, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Tchad en raison de l’insécurité – soit trois fois le nombre enregistré à la fin de 2017.»

Ces enfants victimes de violence sont en situation d’aide humanitaire. Les fonds pour les accompagner s’amenuisent de plus en plus «au 12 août, il existait un déficit de financement à hauteur de 72 % du total requis pour mettre en œuvre des programmes en faveur de ces enfants», indique le communiqué de l’Unicef.

Ainsi, l’organisme onusien en appel à la coopération de tous pour protéger ces enfants «alors que plus de 40 millions d’enfants âgés de 6 à 14 ans sont privés de leur droit à l’éducation en Afrique de l’Ouest et centrale, il est essentiel que les gouvernements et leurs partenaires s’emploient à diversifier les options disponibles en matière d’éducation de qualité», précise la Directrice régionale de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Marie-Pierre Poirier.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé