Politique › Sécurité

Cameroun-Crise anglophone : neuf villageois tués par des éléments des forces de défense

Les forces de défense tuent neuf civils dans le Nord-Ouest
Les forces de défense camerounaises

Quatre éléments des forces de défense et de sécurité ont ouvert le feu sur des villageois, tuant une fillette de 12 mois, quatre femmes et quatre hommes dans la région du Nord-Ouest.

 

 

L’information est du ministère de la Défense. Elle est contenue dans un communiqué signé du chef de la division de la communication de ce département ministériel le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atonfack Guemo.

 En effet, dans la soirée du mercredi 1er juin 2022 aux environs de 18h et 30 minutes, un malheureux incident a provoqué la mort de plusieurs civils dans la localité  de Missong par Zhoa arrondissement de Fungom, département de la Menchum région du Nord-Ouest. En effet, quatre des sept éléments des forces de défense et de sécurité du sous groupement Bravo aux ordres du commencement 53è bataillon d’infanterie motorisée détaché au poste avancé de Abar et de retour d’une patrouille, ont immédiatement été redéployés dans le village Missong en mission de recherche d’un camarade porté disparu.

En pleine nuit de battue, ces derniers vont se heurter à un groupe de villageois survoltés. Dans une réaction inappropriée, inadaptée à la circonstance et manifestement disproportionnée par rapport au refus de coopération des villageois  et créant le pire pour eux-mêmes et pour leurs camarade disparu, les soldats dans une réaction précipitée d’autoprotection et au mépris du sacro-saint principe de précaution, vont faire usage de leurs armes de dotation.

Le bilan de cette méprise est de neuf villageois mortellement touchés à savoir quatre femmes, quatre hommes et une fillette de 18 mois tous inhumés dès le jeudi 02 juin par les habitants. Une fillette âgée d’environ 12 mois légèrement blessée et transférée au district general hospital de Wum, pour prise en charge appropriée.

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense regrette profondément ce grave et malheureux incident et adresse ses condoléances les plus attristées aux familles de victimes durement éprouvées.

Comme mesure conservatoire, les quatre militaires du poste avancé de Abar engagés dans la patrouille de recherche du mercredi 1er juin 2022 ont été démobilisés, extirpés de la zone et mis aux arrêts dans le compagnie de gendarmerie de Bamenda. L’enquête immédiatement ouverte par les autorités administratives et judiciaires locales et les forces de défense et de sécurité permettra de faire toute la lumière et de préciser les contours et les responsabilités de cette regrettable méprise qui fera l’objet d’un traitement légal rigoureux et de communication d’étape régulière.

Télécharger l’intégralité du communiqué

FR – COM MISSONG


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé